LOIRET Saran (45) : « Je ferai tout péter en sortant. Je ferai un attentat comme Mohamed Merah »

By  |  1 Comment

L’expert psychiatre, qui l’a examiné en octobre dernier, a beau soutenir que Mounir ne souffre d’aucune pathologie, il n’est pas nécessaire d’avoir fait dix ans de médecine pour percevoir des failles dans le comportement agité et les propos décousus de ce garçon de 33 ans.
À l’époque, le jeune Orléanais avait été condamné à dix-huit mois de prison ferme, pour avoir fait l’apologie d’actes de terrorisme et menacé de « mettre une bombe dans le tram ».
Cette peine a été confirmée par la cour d’appel le 28 février. Trois jours plus tard, Mounir interpellait verbalement les gardiens de la prison de Saran, auxquels il tenait des propos du même tonneau. « Mohamed Merah a eu raison de tout faire péter. C’est la faute de la justice qui n’a pas voulu me pardonner, malgré mes excuses. Je ferai tout péter en sortant. Je ferai un attentat comme Mohamed Merah?! », a promis Mounir avant de hurler à plusieurs reprises « Allah akbar?! »
Ce qui lui vaut de comparaître, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel.
Mounir n’a pratiquement pas de visite en prison. Sa sœur est décédée voici deux mois et il n’a pas été autorisé à se rendre aux obsèques. Autant d’éléments qui, selon son avocate, Me Najat Boukir, ont contribué à aggraver ses fragilités. Elle réclame une expertise que le tribunal lui refuse.
Les faits, le prévenu ne les reconnaît pas. « J’ai perdu le contrôle, je m’en veux », admet-il toutefois, avant d’abreuver le tribunal d’un discours délirant : « C’est dur, Madame. Venez voir ma chambre (en prison, ndlr.), j’ai même pas de chocolat. Heureusement, ils nous donnent à manger. En France, tout va bien. Ils ont des champions de handball. Mais il ne faut pas jouer dehors, il y a des militaires ».
Heureusement, comme l’a écrit l’expert psychiatre, le discernement de Mounir n’est ni altéré, ni aboli. Il est donc « accessible à une sanction pénale ». Comme celle que prononce le tribunal, à hauteur d’un an ferme, assortie d’un maintien en détention.

Philippe Renaud
[email protected]
Source :
L’expert psychiatre, qui l’a examiné en octobre dernier, a beau soutenir que Mounir ne souffre d’aucune pathologie, il n’est pas nécessaire d’avoir fait dix ans de médecine pour percevoir des failles dans le comportement agité et les propos décousus de ce garçon de 33 ans.
À l’époque, le jeune Orléanais avait été condamné à dix-huit mois de prison ferme, pour avoir fait l’apologie d’actes de terrorisme et menacé de « mettre une bombe dans le tram ».
Cette peine a été confirmée par la cour d’appel le 28 février. Trois jours plus tard, Mounir interpellait verbalement les gardiens de la prison de Saran, auxquels il tenait des propos du même tonneau. « Mohamed Merah a eu raison de tout faire péter. C’est la faute de la justice qui n’a pas voulu me pardonner, malgré mes excuses. Je ferai tout péter en sortant. Je ferai un attentat comme Mohamed Merah?! », a promis Mounir avant de hurler à plusieurs reprises « Allah akbar?! »
Ce qui lui vaut de comparaître, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel.
Mounir n’a pratiquement pas de visite en prison. Sa sœur est décédée voici deux mois et il n’a pas été autorisé à se rendre aux obsèques. Autant d’éléments qui, selon son avocate, Me Najat Boukir, ont contribué à aggraver ses fragilités. Elle réclame une expertise que le tribunal lui refuse.
Les faits, le prévenu ne les reconnaît pas. « J’ai perdu le contrôle, je m’en veux », admet-il toutefois, avant d’abreuver le tribunal d’un discours délirant : « C’est dur, Madame. Venez voir ma chambre (en prison, ndlr.), j’ai même pas de chocolat. Heureusement, ils nous donnent à manger. En France, tout va bien. Ils ont des champions de handball. Mais il ne faut pas jouer dehors, il y a des militaires ».
Heureusement, comme l’a écrit l’expert psychiatre, le discernement de Mounir n’est ni altéré, ni aboli. Il est donc « accessible à une sanction pénale ». Comme celle que prononce le tribunal, à hauteur d’un an ferme, assortie d’un maintien en détention.

Philippe Renaud
[email protected]
Source :
http://www.larep.fr/saran/justice/2017/03/18/je-ferai-un-attentat-comme-mohamed-merah_12326163.html

happywheels

1 Comment

  1. Jacques

    18 mars 2017 at 19 h 50 min

    Ouin ouin,c est la méchante justice et la vilaine société les responsables:y font rien qu’a pas accepter mes excuses(sincères bien sur)et qu’a me comdamner…
    On devine a quelle idéologie le gars a du carburer depuis le plus jeune age:c est une victime point barre!
    Jamais coupable de rien,il ne comprend même pas la moindre condamnation car c’est un complot raciste contre lui.
    En plus,c est pas grave:qui,étant jeune(33 ans quand même le jeune),n a pas menacé de poser une bombe dans le métro ou le tram?
    C est un amusement de « jeunes » très courant,c est marrant non?!
    Bizarrement,ce sont des « jeunes » qui ont tous quelque chose en commun,cherchez bien…L’intelligence? Non…leur age immature? Non plus,ils ont 33 ans…mais alors c est quoi,M’sieur Hamon?
    Une vieille tradition ouvrière?? On m’aurait menti?

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *