7% des musulmans agressés en raison de leur religion contre 34% des juifs

By  |  5 Comments

Si la discrimination envers les musulmans est réelle, le directeur du pôle politique de l’Ifop explique qu’en réalité, seule une minorité d’entre eux est victime d’agressions.
Le verdict des organisateurs de la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie est sans appel : les musulmans sont massivement dénigrés à cause de leur religion. Mais selon François Kraus, directeur du pôle Politique/Actualités de l’Ifop interrogé par Causeur, « ce n’est pas si simple ».
Le responsable de l’agence de sondage le reconnaît, chiffres à l’appui, « l’ampleur des discriminations religieuses subies par les musulmans de France est nettement plus grande que dans le reste de la population ». Et de citer comme exemple les 23% de musulmans discriminé dans le monde du travail en raison de leur religion ces cinq dernières années. Seulement, si François Kraus explique que « 42% des musulmans déclarent avoir fait l’objet d’au moins une forme de discrimination liée à leur religion », il constate aussi « que d’autres minorités sont aujourd’hui plus exposées que les musulmans à des agressions en raison de leur religion », dressant un parallèle avec les juifs de France. En ce qui concerne les agressions verbales, 24% des musulmans en ont déjà été victimes contre 66% des juifs, soit trois fois moins. L’écart est encore plus net pour les agressions physiques : « 7% des musulmans en ont subi en raison de leur religion contre 34% des juifs », révèle le responsable. « Même la discrimination la plus répandue – celle vécue lors de contrôle des forces de l’ordre – est loin du seuil des 50% : 28% en ont été victimes parmi les musulmans ayant déjà été contrôlés, et à peine 13% parmi l’ensemble de la population musulmane », ajoute-t-il.
Et François Kraus de remettre en question l’islamophobie massive qui règnerait en France, même si, selon lui, elle reste « préoccupante ». « Chez les protestants et évangéliques, 17% ont déjà été victimes d’insultes liées à leur confession, ce qui n’est pas si éloigné des musulmans (24%). Dans tous les cas, les juifs restent en France ceux qui subissent le plus d’agressions physiques ou verbales en raison de leur religion. Bref, non seulement le sort des musulmans actuels n’est pas comparable à celui des juifs sous l’Occupation mais il est aussi très éloigné de celui des juifs vivant dans la France des années 2010… », fait-il valoir. Par ailleurs, « notre enquête brise les idées reçues qui font des musulmans discriminés essentiellement de jeunes hommes vivant en milieu populaire », développe le responsable. « Or, les plus confrontés aux discriminations au logement ou à l’emploi sont les musulmans qui ont un niveau de diplôme élevé et qui veulent sortir des métiers et des ghettos sociaux qui leur sont assignés », poursuit-il. D’autre part, « contrairement à ce qu’on observe pour les juifs – où religion et ethnicité sont plus imbriquées dans le rejet dont ils font l’objet – l’ampleur des agressions qui affectent les musulmans vivant en France ne peut se réduire uniquement à celles liées à leur religion », révèle François Kraus. Finalement, pour le responsable, « le rejet dont font l’objet les populations musulmanes en France repose autant sur leur appartenance religieuse (16%) que sur leurs origines ethniques (15%) ».
De plus, François Kraus estime qu’« on parle de moins en moins de ‘maghrébins’ et de plus en plus de ‘musulmans’, signe que le référent religieux est de plus en plus présent dans la manière dont ils sont présentés médiatiquement ». Pour lui, c’est « le résultat d’un double processus : une tendance à réduire les minorités visibles en France à leur religion – réelle ou supposées – et à ‘islamiser’ les discriminations dont elles sont victimes ». « Aussi préoccupantes soient-elles, les discriminations religieuses dont souffrent les musulmans doivent être relativisées : par rapport à d’autres groupes comme les juifs mais aussi par rapport à d’autres pays », assure-t-il, s’appuyant à nouveau sur des chiffres, en l’occurrence sur les « données de l’enquête sociale européenne cumulées par Vincent Tournier (entre 2002 et 2012) et publiées par la Fondapol en 2016 ». « La proportion de musulmans vivant dans l’hexagone ayant le sentiment d’appartenir à ‘une catégorie de gens qui subit des discriminations dans [leur] pays’ en raison de leur religion est la plus faible (15%) de l’Union européenne après la Bulgarie ». Une affirmation qui démonte l’argument des islamistes de tous bords, qui estiment que la France, « avec sa conception spécifique de la laïcité et ses ‘lois liberticides’, serait pour les musulmans le pire des pays européens », conclut le sondeur.
Source :
https://www.valeursactuelles.com/societe/7-des-musulmans-agresses-en-raison-de-leur-religion-contre-34-des-juifs-113156

happywheels

5 Commentaires

  1. josué bencanaan

    21 novembre 2019 at 20 h 18 min

    De memoire, je n’ai jamais vue ou entendu un musulman agréssé en rapport a sa religion, en général ce sont eux qui agressent violentent insultent, les personnes qui ne sont ne sont pas comme eux qui ne sont pas de leur religion.

    Les musulmans se comportent comme les nazis durant la seconde guerre mondiale envers les francais et surtout les juifs.

    • liguedefensejuive

      21 novembre 2019 at 20 h 28 min

      Il convient de ne pas généraliser à tous les musulmans. Cela dit les tueurs de juifs en France ne sont ni japonais, ni corses, ni hollandais.

      • Paul06

        21 novembre 2019 at 21 h 44 min

        Tous les musulmans ne sont pas des islamistes mais tous les islamistes sont des musulmans. Pour paraphraser la ldj. Et un musulman peut toujours devenir un islamiste.

      • josué bencanaan

        22 novembre 2019 at 15 h 24 min

        je te remercis de le souligner ^^

  2. Paul06

    22 novembre 2019 at 8 h 06 min

    L’islamophobie est l’outil de l’invasion islamiste ou islamique.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *