Huit personnes jugées après des tweets antisémites contre Miss Provence, April Benayoum

By  |  2 Comments

La jeune femme de 22 ans a été la cible de tweets antisémites après avoir rappelé ses origines israéliennes lors du concours de Miss France, en décembre dernier. Les accusés risquent jusqu’à un an de prison et 45 000 euros d’amende.
C’est un torrent de haine qui avait déferlé sur les réseaux sociaux. Quatre hommes et quatre femmes sont jugés au tribunal judiciaire des Batignolles ce mercredi 22 septembre pour avoir proféré des injures antisémites en décembre contre April Benayoum, une candidate au concours de Miss France 2021.
Le 19 décembre dernier, sur TF1 était diffusée la 91e cérémonie de Miss France. Alors qu’Amandine Petit est sacrée Miss France, c’est sa première dauphine, April Benayoum qui se retrouve au cœur d’une vive polémique. La jeune femme, qui porte l’écharpe de Miss Provence, est la cible de violentes attaques antisémites sur Twitter. Des insultes survenues après qu’elle a mentionné les origines israélo-italiennes de son père.
La haine en ligne et la chasse en meute, passions tristes de notre temps
Auprès de « Nice Matin », la miss avait réagi : « C’est triste d’assister à de tels comportements en 2020. Je condamne bien évidemment ces propos, mais ça ne me touche absolument pas. »
Le gouvernement avait alors sommé le réseau social Twitter de prendre « ses responsabilités » et de supprimer ces messages. April Benayoum s’était elle-même dite « affectée » et « choquée », et avait annoncé son intention de porter plainte.
Plongée dans les coulisses de l’Alsacienne, « l’école du gotha », symbole de la fracture scolaire
Richard Boutry, un ex-présentateur de « Soir 3 » devenu la figure des anti-pass sanitaire
Une enquête avait par ailleurs immédiatement été ouverte par le pôle national de lutte contre la haine en ligne du parquet de Paris. Six mois après les faits, elle avait permis d’établir neuf interpellations : quatre hommes et quatre femmes âgées de 20 à 58 ans et un mineur au moment des faits.
Comment modérer la haine en ligne ?
Les huit premiers sont jugés pour « injures publiques commises en raison de l’origine, de l’ethnie, de la race ou de la religion ». Ils encourent un an de prison et 45 000 euros d’amende. Concernant la personne mineure au moment des faits, l’affaire a été confiée au parquet de Poitiers.
Jean Veil, l’avocat d’April Benayoum, a expliqué samedi au micro de RTL pourquoi il a préféré engager une procédure civile plutôt que déposer une plainte pénale :
« Les sanctions prévues par la loi de 1881 sur la presse paraissent inadaptées, car aujourd’hui elles sont totalement inefficaces. Seules des sanctions financières significatives pourront contraindre les plateformes numériques à mettre en place des algorithmes efficaces pour empêcher la publication de tel propos. »
Source
https://www.nouvelobs.com/societe/20210922.OBS48929/huit-personnes-jugees-apres-des-tweets-antisemites-contre-miss-provence-april-benayoum.html

happywheels

2 Commentaires

  1. bensoussan jean joseph dit :

    En ces temps de »relaxite »aigue dans les jugements en première instance concernant des faits où des propos antisemites averés,je suis perplexe en ce qui concerne cette affaire.j’attends aussi le jugement de mme fristot. Ai je confiance en la justice francaise,?..NON. Cordialement, joseph

  2. Paul06 dit :

    J’imagine que la justice era bien clémente et les peines ridicules. Je n’attends plus rien de la justice exercée par les Juges en France. En ce qui concerne la lutte contre l’antisémitisme et l’antisionisme, la démission est collective.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *