L’Allemagne boycottera la conférence antisemite de Durban IV et la France ???

By  |  5 Comments

Berlin n’assistera pas à l’événement de l’ONU connu sous le nom de conférence de Durban, qui a des antécédents d’antisémitisme et de négationnisme • La France n’a pas encore annoncé sa position

Berlin ne participera pas à l’événement onusien marquant le 20e anniversaire de la Conférence mondiale contre le racisme à Durban , en Afrique du Sud, a confirmé dimanche une source diplomatique allemande.
La France n’a pas encore annoncé sa position sur la conférence, qu’elle a boycottée dans le passé, soulevant des questions sur les militants contre l’antisémitisme.
L’Allemagne sera le dixième pays à boycotter l’événement de septembre, également connu sous le nom de Durban IV. Lors de l’événement de 2001 et de ses conférences d’examen ultérieures, Israël a été pointé du doigt pour l’opprobre, des documents antisémites ont été diffusés et les participants se sont engagés dans la négation de l’Holocauste.
Début juillet, le projet de travail de l’Assemblée générale des Nations Unies pour une résolution à adopter à Durban IV déclarait qu’ils « réaffirmaient la Déclaration et le Programme d’action de Durban, adoptés en 2001… et réaffirmaient notre engagement à sa mise en œuvre pleine et effective.  » Cela implique que la conférence de septembre mettra l’accent sur l’État juif, comme l’a fait la résolution de 2001.
Israël était le seul pays spécifiquement mentionné comme raciste dans la déclaration faite par les États membres de l’ONU participant à la conférence. Les États-Unis et Israël se sont retirés tôt des événements.
L’antisémitisme était monnaie courante au forum des ONG de la Conférence de Durban en 2001 , où des copies de la théorie du complot anti-juif Les Protocoles des sages de Sion ont été distribuées, Israël a été accusé de génocide et les participants ont distribué des tracts se demandant si Hitler avait raison.
Le président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, a qualifié l’Holocauste de « question ambiguë et douteuse » à Durban II en 2009 et de « prétexte » pour opprimer les Palestiniens, et a été invité à revenir s’exprimer à Durban III.

Une source diplomatique ALLEMANDE a confirmé un rapport de Welt Am Sonntag selon lequel le ministère allemand des Affaires étrangères avait déclaré qu’il ne participerait pas, mais n’a pas donné de raison.
Vendredi, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas s’est entretenu avec son homologue israélien Yair Lapid, le ministère a tweeté que leurs principaux sujets de discussion étaient la « situation en Méditerranée orientale et les perspectives du processus de paix au Moyen-Orient ».
Les autres pays qui ont annoncé ces derniers mois qu’ils ne participeraient pas sont Israël, les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni, la Hongrie, l’Autriche, les Pays-Bas et la République tchèque. C’est loin des 15 qui ont sauté la conférence de Durban III en 2011 : la Bulgarie, la France, l’Italie, la Nouvelle-Zélande et la Pologne ont également participé à ce boycott.
Les organisations juives ont commencé à se demander pourquoi la France tarde à annoncer sa position sur la Conférence de Durban. Bien qu’une source diplomatique ait déclaré au Jerusalem Post il y a quelques mois que la France ne serait pas présente, Paris n’a fait aucune déclaration publique.
Plus tôt ce mois-ci, Francis Kalifat, chef de l’organisation faîtière juive française CRIF, a appelé le gouvernement français à boycotter Durban IV lors d’un mémorial pour la rafle des Juifs du Vel d’Hiv de 1942 à envoyer dans les camps de concentration nazis.
Kalifat a souligné une « approche particulièrement pernicieuse » de l’antisémitisme qui compare Israël à l’Allemagne nazie.
« La perversité de cette équation n’est pas seulement dans la diabolisation obsessionnelle d’Israël : elle réside dans le fait que par cette équivalence, elle absout en quelque sorte les nazis », a déclaré Kalifat. « La conférence de Durban en 2001 a été l’exemple le plus flagrant de ce délire antisémite. »
Le chef du CRIF a lancé un « appel solennel » aux dirigeants français pour qu’ils se retirent de Durban IV, « pour que la France ne perde pas son âme… en participant à cette mascarade. D’autres pays démocratiques, alliés naturels de la France dans la lutte pour l’homme droits… ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à cette campagne, qui est le comble de la honte. J’espère du fond de l’âme que mon pays ne s’égare pas. »

ANNE BAYEVSKY, l’une des critiques les plus éminentes de la première conférence de Durban et directrice de l’Institut des droits de l’homme et de l’Holocauste de Touro, a qualifié de « choquant » que la France soit « toujours dans les coulisses de l’ONU en train de planifier une célébration du 20e anniversaire d’un fête de la haine antisémite.
« Nous devons être très clairs sur ce que ces pays font actuellement… La France [participe] à la production de la ‘déclaration politique’ qui sera adoptée à Durban IV – sachant très bien qu’elle est destinée à diffuser la déclaration de Durban mensonge, emblématique de l’antisémitisme moderne, que l’État juif est un État raciste », a déclaré Bayefsky.
« [La France] a refusé d’assister au 10e anniversaire, a voté contre la tenue du 20e et prétend se soucier de la montée de l’antisémitisme en son sein », a-t-elle déclaré. « Donc, l’essentiel est qu’ils n’ont plus d’excuses pour faire autre chose que se retirer immédiatement de Durban IV. »
Le Touro College Institute on Human Rights and the Holocaust et l’organisation pro-israélienne CAMERA prévoient d’organiser une contre-conférence à New York la veille de Durban IV, en présence de l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis et de l’ONU Gilad Erdan.
UN Watch a publié plus tôt ce mois-ci un rapport critiquant l’organisation mondiale pour son rôle dans l’augmentation de l’antisémitisme dans le monde, traçant une ligne entre la montée actuelle de la haine des Juifs et la conférence de Durban de 2001, qu’elle a décrite comme « détournée par des militants pro-palestiniens qui fait de l’événement la pire manifestation internationale d’antisémitisme de l’après-guerre.
« Les Nations Unies ont joué un rôle clé dans la propagation de l’antisémitisme mondial », a déclaré le directeur exécutif de UN Watch, Hillel Neuer. « Les pays qui boycottent Durban le reconnaissent et devraient être félicités pour ne pas commémorer une fête de la haine des Juifs.
Source
Berlin n’assistera pas à l’événement de l’ONU connu sous le nom de conférence de Durban, qui a des antécédents d’antisémitisme et de négationnisme • La France n’a pas encore annoncé sa position

Berlin ne participera pas à l’événement onusien marquant le 20e anniversaire de la Conférence mondiale contre le racisme à Durban , en Afrique du Sud, a confirmé dimanche une source diplomatique allemande.
La France n’a pas encore annoncé sa position sur la conférence, qu’elle a boycottée dans le passé, soulevant des questions sur les militants contre l’antisémitisme.
L’Allemagne sera le dixième pays à boycotter l’événement de septembre, également connu sous le nom de Durban IV. Lors de l’événement de 2001 et de ses conférences d’examen ultérieures, Israël a été pointé du doigt pour l’opprobre, des documents antisémites ont été diffusés et les participants se sont engagés dans la négation de l’Holocauste.
Début juillet, le projet de travail de l’Assemblée générale des Nations Unies pour une résolution à adopter à Durban IV déclarait qu’ils « réaffirmaient la Déclaration et le Programme d’action de Durban, adoptés en 2001… et réaffirmaient notre engagement à sa mise en œuvre pleine et effective.  » Cela implique que la conférence de septembre mettra l’accent sur l’État juif, comme l’a fait la résolution de 2001.
Israël était le seul pays spécifiquement mentionné comme raciste dans la déclaration faite par les États membres de l’ONU participant à la conférence. Les États-Unis et Israël se sont retirés tôt des événements.
L’antisémitisme était monnaie courante au forum des ONG de la Conférence de Durban en 2001 , où des copies de la théorie du complot anti-juif Les Protocoles des sages de Sion ont été distribuées, Israël a été accusé de génocide et les participants ont distribué des tracts se demandant si Hitler avait raison.
Le président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad, a qualifié l’Holocauste de « question ambiguë et douteuse » à Durban II en 2009 et de « prétexte » pour opprimer les Palestiniens, et a été invité à revenir s’exprimer à Durban III.

Une source diplomatique ALLEMANDE a confirmé un rapport de Welt Am Sonntag selon lequel le ministère allemand des Affaires étrangères avait déclaré qu’il ne participerait pas, mais n’a pas donné de raison.
Vendredi, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas s’est entretenu avec son homologue israélien Yair Lapid, le ministère a tweeté que leurs principaux sujets de discussion étaient la « situation en Méditerranée orientale et les perspectives du processus de paix au Moyen-Orient ».
Les autres pays qui ont annoncé ces derniers mois qu’ils ne participeraient pas sont Israël, les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni, la Hongrie, l’Autriche, les Pays-Bas et la République tchèque. C’est loin des 15 qui ont sauté la conférence de Durban III en 2011 : la Bulgarie, la France, l’Italie, la Nouvelle-Zélande et la Pologne ont également participé à ce boycott.
Les organisations juives ont commencé à se demander pourquoi la France tarde à annoncer sa position sur la Conférence de Durban. Bien qu’une source diplomatique ait déclaré au Jerusalem Post il y a quelques mois que la France ne serait pas présente, Paris n’a fait aucune déclaration publique.
Plus tôt ce mois-ci, Francis Kalifat, chef de l’organisation faîtière juive française CRIF, a appelé le gouvernement français à boycotter Durban IV lors d’un mémorial pour la rafle des Juifs du Vel d’Hiv de 1942 à envoyer dans les camps de concentration nazis.
Kalifat a souligné une « approche particulièrement pernicieuse » de l’antisémitisme qui compare Israël à l’Allemagne nazie.
« La perversité de cette équation n’est pas seulement dans la diabolisation obsessionnelle d’Israël : elle réside dans le fait que par cette équivalence, elle absout en quelque sorte les nazis », a déclaré Kalifat. « La conférence de Durban en 2001 a été l’exemple le plus flagrant de ce délire antisémite. »
Le chef du CRIF a lancé un « appel solennel » aux dirigeants français pour qu’ils se retirent de Durban IV, « pour que la France ne perde pas son âme… en participant à cette mascarade. D’autres pays démocratiques, alliés naturels de la France dans la lutte pour l’homme droits… ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à cette campagne, qui est le comble de la honte. J’espère du fond de l’âme que mon pays ne s’égare pas. »

ANNE BAYEVSKY, l’une des critiques les plus éminentes de la première conférence de Durban et directrice de l’Institut des droits de l’homme et de l’Holocauste de Touro, a qualifié de « choquant » que la France soit « toujours dans les coulisses de l’ONU en train de planifier une célébration du 20e anniversaire d’un fête de la haine antisémite.
« Nous devons être très clairs sur ce que ces pays font actuellement… La France [participe] à la production de la ‘déclaration politique’ qui sera adoptée à Durban IV – sachant très bien qu’elle est destinée à diffuser la déclaration de Durban mensonge, emblématique de l’antisémitisme moderne, que l’État juif est un État raciste », a déclaré Bayefsky.
« [La France] a refusé d’assister au 10e anniversaire, a voté contre la tenue du 20e et prétend se soucier de la montée de l’antisémitisme en son sein », a-t-elle déclaré. « Donc, l’essentiel est qu’ils n’ont plus d’excuses pour faire autre chose que se retirer immédiatement de Durban IV. »
Le Touro College Institute on Human Rights and the Holocaust et l’organisation pro-israélienne CAMERA prévoient d’organiser une contre-conférence à New York la veille de Durban IV, en présence de l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis et de l’ONU Gilad Erdan.
UN Watch a publié plus tôt ce mois-ci un rapport critiquant l’organisation mondiale pour son rôle dans l’augmentation de l’antisémitisme dans le monde, traçant une ligne entre la montée actuelle de la haine des Juifs et la conférence de Durban de 2001, qu’elle a décrite comme « détournée par des militants pro-palestiniens qui fait de l’événement la pire manifestation internationale d’antisémitisme de l’après-guerre.
« Les Nations Unies ont joué un rôle clé dans la propagation de l’antisémitisme mondial », a déclaré le directeur exécutif de UN Watch, Hillel Neuer. « Les pays qui boycottent Durban le reconnaissent et devraient être félicités pour ne pas commémorer une fête de la haine des Juifs.
Source
https://www.jpost.com/diaspora/antisemitism/germany-will-boycott-the-durban-iv-conference-674831

happywheels

5 Commentaires

  1. joseparis dit :

    La France n’a qu’à se faire représenter par une délégation de La France Islamo-gauchiste de l’émir Mélenchon. Ce sera plus simple et moins ambigu que la doctrine du « en même temps » du président . Je dis dans un discours que je combat l’antisémitisme, et en même temps je participe via la quai d’orsay (qui est un nid d’antisémites) à la rédaction de la déclaration politique de cette convention antisémite à venir.

    • benjamin dit :

      et pour cloturer comme il se doit les travaux de cette conference !! je suggere que m bala m bala regale les participants de son fameux spectacle de shoanana ou il se produit vetu de la tenue des deportès juifs et dansant de manière grotesque !succès garanti !!

  2. Paul06 dit :

    Ce sera une nouvelle occasion de juger les dirigeants de la Patrie des Droits de l’Homme qui les a si souvent trahis quand il s’agit des Juifs. Et le pire est toujours possible…

  3. bensoussan jean joseph dit :

    Bonsoir,j’attends avec gourmandise le communiqué officiel de la france. Je pense que celui ci va etre très alambiqué.La france indiquera sans doute sa non participation à durban x pour ne pas se singulariser mais,en des termes soigneusement choisis pour ne pas choquer l’electorat(son attente est dejà un gage à l’attention des) africanomaghrebinopalestinodroitdel’homistomelanchono etc…Joseph

  4. Rosa SAHSAN dit :

    La France va s’y rendre ventre à terre. Si elle pouvait arriver la première à cette conférence de la honte.
    ROSA

Publier un commentaire

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *