«L’ANTISÉMITISME A CHANGÉ DE TROTTOIR», GILLES-WILLIAM GOLDNADEL LIVRE UN RÉCIT PERSONNEL DANS SON NOUVEL OUVRAGE «JOURNAL DE GUERRE»

By  |  18 Comments

Par Quitterie Desjobert
«Nous sommes en guerre». Ces quatre mots l’avocat Gilles-William Goldnadel les répète à de nombreuses reprises dans son dernier ouvrage, «Journal de Guerre, c’est l’Occident qu’on assassine». Un journal qui commence le 7 octobre 2023, lorsque le Hamas a lancé ses attentats contre Israël.
Dans «Journal de Guerre», Gilles-William Goldnadel a livré deux mois de pensées, réflexions et émotions parfois à l’état brut. Deux mois durant lesquels le conflit ouvert par le Hamas contre Israël s’envenime et où l’antisémitisme rejaillit partout dans le monde. Avocat et essayiste franco-israélien, Gilles-William Goldnadel s’est confié à CNEWS et livre sa vision du monde à la lumière de ce drame.

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans la rédaction de ce livre sous forme de journal de guerre ?
Gilles-William Goldnadel : Je n’ai pas eu l’idée, c’est la patronne des éditions Fayard, Isabelle Saporta, qui me l’a proposé. Il se passe ce drame du 7 octobre et Isabelle m’appelle et me dit, tu devrais faire quelque chose là-dessus. On était le 8-9 octobre, encore tétanisé, il m’est paru naturel de faire un journal. C’était d’autant plus naturel que c’était curatif pour moi. Et cela m’a fait du bien dans le mal que je traversais.
Il est certain que je me laisse aller librement à mes états d’âme, à ma sidération à ma colère, à mon chagrin, à mon inquiétude, à mon sentiment d’injustice, à ma déploration, à ma déception, à mon humiliation. Je passe par tous ces états mais c’est également un livre de réflexions en profondeur non seulement sur la situation en Israël mais aussi sur celle de la France.
Je montre qu’ils ont des ennemis, des dangers communs et je le vis dans mon chagrin comme un Franco-Israélien, comme un juif et comme un citoyen du monde. Comme un enfant de juifs dont certains ont été déportés et comme un père qui a ses enfants en Israël et ma réflexion porte sur l’injustice, l’idéologie et sur les dangers de l’extrême gauche contre laquelle je mets en garde depuis plus de 30 ans.
A plusieurs reprises vous évoquez «le juif en pyjama rayé». Pourquoi cette allégorie ?
Je n’ai jamais été un juif de la Shoah. D’abord parce que je ne suis pas dans le pathos, je suis dans une sorte de deuil silencieux bien que je pense à la Shoah tous les jours. Mais je n’aime pas l’exploitation de la Shoah. Je n’aime pas ce que j’ai appelé dans d’autres livres «mettre le monde à la sauce Shoah». Non seulement par respect pour l’immensité indicible de la Shoah mais aussi parce que je n’étais pas pour l’antinazisme devenu fou.
Le Hamas ignore les Israéliens, il ne connaît que les Juifs.
A cause de cela, je me suis toujours gardé de faire des comparaisons qui n’étaient pas raisonnées et notamment j’ai détesté le «CRS SS de mai 1968». Et voilà que le chantre de la détestation de l’antinazisme devenu fou, que je suis, se sent obligé devant ce Pogrom du 7 octobre de tracer malgré lui ce parallèle terrible entre la Shoah et ce Pogrom. J’affirme que le Hamas, quand il massacre des bébés et des femmes, ne le fait pas contre des Israéliens mais contre des juifs parce que le Hamas ignore les Israéliens, il ne connaît que les Juifs.
Forcément depuis le 7 octobre, je suis dans ce sentiment, alors même que je réprouvais cette démarche mais cela tombe bien car je ne suis pas dans la réflexion, je suis dans le réflexe. C’est le cœur qui parle mais je me réveille vite de cet état de sidération parce que la différence : c’est que l’Israélien, se bat, tue même mais pour se défendre. Il demeure malgré tout le juif antishoatique qui s’oppose au juif en pyjama rayé qui ne se défend pas et se laisse tuer.
Vous écrivez dans votre livre : «Qui aura le courage de dire à la rue arabe de 2023 qu’elle ressemble aux foules hitlériennes de 1933 ?» ou encore «peste brune hier, peste rouge aujourd’hui». Comment en êtes-vous arrivé au constat que «la lutte contre l’extrême gauche, c’est le combat de [votre] vie» ?
Je suis arrivé à ce constat par les fruits amers de l’expérience. Je ne l’ai pas découvert en octobre 2023. Toute ma création intellectuelle, tout mon combat politique est de montrer que l’antisémite a changé de trottoir. En 1923, il était sur celui de droite, en 2024 il est sur le trottoir de gauche. En vérité, c’est le même antisémite, c’est simplement que c’est le juif qui a changé. Et donc l’antisémite «mutant» a ce génie de suivre les évolutions du juif à la trace.
Quand le juif n’avait pas d’Etat, l’antisémite d’extrême droite le traitait de «veule apatride» et l’antisémite d’extrême gauche a renversé ce stéréotype mensonger maintenant qu’il a un «Etat, il le traite de «nationaliste belliqueux». Comme je le dis souvent, c’est l’antisémite qui demande au juif : «dis-moi comme tu es, je te dirais que je te hais».
Vous avez eu des mots qui peuvent être jugés très durs à l’égard de certains médias, notamment dans leur couverture du conflit entre Israël et le Hamas. Qu’est-ce qui vous a conduit à un tel sentiment de rejet à l’encontre de ces rédactions ?
L’écoute ! L’écoute journalière figurez-vous. J’ironise en disant que peut-être que je suis masochiste, une chose est sûre, je le fais dans le cadre de mon devoir de vigilance citoyenne. Vous parlez à un contribuable qui paie ses impôts, sans grand enthousiasme mais il les paie. Il se trouve que parmi mes impôts, on m’impose de payer France Inter, France Info, France 2, dans le cadre de l’audio-visuel du service public, que j’appelle moi «l’odieux visuel de sévices publics» et c’est une atteinte terrible au pluralisme. Ce n’est pas tant qu’ils véhiculent très largement la pensée d’extrême gauche. Il ne me dérangerait pas qu’ils prennent quelques éditorialistes d’extrême gauche de talent, ils en ont ! C’est qu’en réalité l’ensemble de la station est monocolore.
Une atteinte terrible au pluralisme
Ils véhiculent (Ndlr. France Inter) la pensée d’extrême gauche du matin jusqu’au soir sans répit, de leurs humoristes, si j’ose dire, «avec prépuce» pour paraphraser Guillaume Meurice jusqu’à leur éditorialiste, jusqu’au directeur de la matinale qui vient de Libération.
C’est déjà assez irritant de manière générale, mais de la part d’une radio de service public c’est contraire à son cahier des charges, c’est illicite, c’est illégal. Donc, il me plaît à montrer que notamment dans le domaine proche-oriental, ils sont d’une malhonnêteté intellectuelle invraisemblable. Mon livre prend des exemples, je ne me contente pas de pérorer. Je montre que tous les matins que Dieu fait ou le Diable, je ne sais pas, ils commencent par un bulletin victimaire qui émane du Hamas, une organisation terroriste et quelques fois ils ne le sourcent même pas.
L’écoute permet une critique documentée et je peux vous dire que tous les jours, je m’amuse à montrer à quel point France Inter, France Info… trahissent leur mission et j’ai la faiblesse de penser que j’ai apporté à certains le décodeur.
Vous dîtes dans votre livre ne pas avoir voulu voir les images des événements du 7 octobre, y êtes-vous parvenu depuis ?
Je ne regarde rien. Je ne sais pas à quoi ressemble un otage. Je n’écoute pas le discours des familles d’otages. Je n’ai pas vu les corps décapités. Je n’ai pas vu les femmes éventrées. Je me suis protégé au maximum contre la douleur d’une part et parce que je ne veux pas être pris en otage moi-même.
«Journal de guerre, c’est l’Occident qu’on assassine», Gilles-William Goldnadel, ed. Fayard, 19,50 €.
Source
https://www.cnews.fr/

happywheels

18 Commentaires

  1. Massada dit :

    J’ai découvert ce gars sur Cnews, je l’apprécie beaucoup, il parle bien, écrit bien, j’aurai aimé être un de ses amis. J’achèterai son livre.

  2. David dit :

    GWG une étoile lumineuse dans ce ciel qui s’assombrit de jour en jour .
    Encore une fois nous sentons le danger à travers Israël harcelé de partout et que ses ennemis souhaiteraient le voir disparaître et s’il se défend il devient l’agresseur .
    Aujourd’hui Israël devient la digue qui protège l’Occident .
    Si cette digue cède c’est la guerre mondiale et à ce moment là tous les regards seront dirigés vers Dimona .

  3. David dit :

    Je considère GWG comme un résistant il prend plus de risques qu’un De Gaulle planqué à Londres .
    Aujourd’hui chaque Juif devient une cible .

  4. David dit :

    La France n’a pas gagné la guerre ‘
    Oui les vrais résistants dont beaucoup de Juifs se sont battus des la première heure .
    Leclerc et beaucoup d’autres se sont battus courageusement mais la France n’a pas gagné la guerre même si on lui accorde un strapontin .
    Par ailleurs quand De Gaulle à il critiqué les lois de Vichy ,les arrestations du Vel d’Hiv et les camps de la mort ? Jamais .
    Oui il a été  » condamné à mort  » par contumace mais protège à Londres par Churchill qui lui est resté dans son pays courageusement .
    Là où De Gaulle à vraiment risqué sa vie c’est quand il a trahi les pieds noirs lors de la guerre d’Algérie…en effet ce fut  » tangent  » au Petit Clamart .
    Par ailleurs pendant les évènements de mai 68 il n’a pas été se « planquer  » à Londres mais pleurnicher à Baden Baden chez Massu qui l’a regonflé comme un gamin .
    Dernière  » trahison  » ….son « ami et allié  » Israël .
    C’est une autre histoire .

  5. David dit :

    De Gaulle a été nommé « général  » en Juin 40 sous le gouvernement Raynaud juste avant son départ pour Londres .
    Louis XVI a eu moins de chance à Varennes .

  6. David dit :

    Nommé général « à titre temporaire  » .

  7. David dit :

    J’ai plus d’admiration et de respect pour ces gens qui ont agi dans l’ombre en sauvant des enfants Juifs au péril de leur vie que ceux qui cherchent la gloire au péril de la vie des autres .
    Ces  » gens » on les appelle  » Justes « 

  8. David dit :

    La France n’a pas gagné la guerre .
    Churchill Roosevelt et Staline à Yalta fut la photo historique des vainqueurs .
    Où était De Gaulle à ce moment là ? Aux toilettes ?
    En ce qui concerne le Petit Clamart je voulais simplement dire qu’il a plus risqué sa vie pendant la guerre d’Algérie que pendant sa planqué à Londres .
    Je ne porte pas de jugement sur l’OAS et encore .
    Je préfère un Bastien Thierry qu’une Gisèle Halimi un Verges ou Dumas qui ont soutenu le FLN . Passons .
    Beaucoup de Juifs étaient contre De Gaulle dont Enrico Macias….étaient ils des fachos pour autant?
    Il est vrai que De Gaulle quand il était enfant pour fuir l’ambiance maurassienne s’est inscrit au Bne Akiva et aux EI pour les vacances .

  9. David dit :

    On a vu le génie militaire de De Gaulle quand il a déclaré à Abba Eban :  » ne tirez pas les premiers ‘
    Il se croyait à la bataille de Fontenoy .

  10. David dit :

    A la veille de la guerre des six jours .

  11. David dit :

    Le journal Combat qui était loin d’être  » facho  » avait titre à la une :  » De Gaulle le petit  »
    En effet après la victoire d’Israël il était fou de rage et il avait imposé un embargo sur les armes dont des mirages qu’israel avait payé .
    Je ne parle pas de sa grandeur d’esprit et de son génie quand il a traité les juifs de  » dominateurs etc…  »
    A cette époque déjà il a mis en danger politiquement Israël et les juifs .
    Ce n’est pas par hasard qu’il n’a pas critiqué de sa planqué à Londres les lois de Vichy le Vel d’Hiv les camps etc …bref .
    « Général éternel  » pour le même prix à cette époque il aurait pu devenir  » Maréchal éternel ‘.
    .

  12. David dit :

    Un peu de détente
    De Gaulle lors de son voyage au Québec :  » vive le Québec libre  » .

    A sa place j’aurai dit tout simplement :  » je vous ai compris  » .

    Mars 64 à Mexico .  » Mano en la mano….viva Mexico  »

    Il aurait dû porter en plus un sambrero et on l’aurait pris pour Achille Zapata .

  13. David dit :

     » un ivrogne génocidaire  » je suis d’accord .
    On aurait dû contrôler le taux d’alcoolémie des Russes avant qu’ils rentrent dans Berlin et envoyer les PV à Staline

  14. David dit :

    PS :
    Je pense que les français étaient les plus légitimes à effectuer les contrôles…leur chef depuis 40 était en cure à Vichy

  15. David dit :

    « l »alcool tue  »
    Les Russes ont eu plus de 20 millions de morts .
     » Boîre ou perdre la guerre….il faut choisir .

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.