Le père de Mohamed Merah serait revenu vivre à Toulouse

By  |  2 Comments

Le père du « tueur au scooter » “disposerait d’un appartement à Bagatelle. De quoi provoquer la colère des familles.
Le père de Mohamed Merah, qui se trouvait depuis une dizaine d’années en Algérie, serait revenu vivre à Toulouse depuis un mois. C’est ce qu’annonce ce lundi matin RTL. Mohamed Benalel Merah, qui voulait déposer plainte contre la France « pour avoir tué » son fils, “dispose d’un appartement dans le quartier de Bagatelle où tout le monde sait qui il est”, expliquent nos confrères. De quoi provoquer la colère des familles et des proches des victimes, qui ne comprennent pas pourquoi la police n’est toujours pas venue l’interroger.
En mars 2012, Mohamed Merah, le “tueur au scooter”, avait tué sept personnes, dont trois enfants à l’entrée d’une école juive. Avant d’être abattu par les forces de l’ordre. Mohamed Benalel Merah avait alors affirmé détenir des enregistrements vidéos et assurait que son fils travaillait pour les services secrets français. « J’ai plus que la conviction, hélas, que Merah savait des choses, c’est la raison pour laquelle il a été tué. Et le père sait des choses c’est pour ça qu’on ne veut pas l’entendre », estime sur RTL Albert Chennouf-Meyer, le père d’une des victimes.

source :

http://www.midilibre.fr/2015/06/01/le-pere-de-mohamed-merah-serait-revenu-vivre-a-toulouse,1168556.php

« >

L’Express, mercredi 28 mars 2012 :
[Sur sa volonté de porter plainte contre la France pour avoir tué son fils, Mohamed Ben Allal précise: « Je regrette qu’on ait déformé mes propos à la télévision française. J’ai dit que je poursuivrai les autorités sécuritaires, non pas l’Etat français en tant que tel ». ]

« >

« Moi, je demande aux autorités algériennes de m’aider à rapatrier la dépouille de mon fils », a déclaré Mohamed Benalal Merah, aux reporters de BFMTV à Bézat, en Algérie ce vendredi. Le père de l’auteur des tueries de Toulouse et de Montauban se défend aussi de n’avoir jamais pensé à « attaquer l’Etat français qui est un Etat puissant ». « Comment voulez-vous que je poursuive un Etat », a-t-il ajouté. D’après sa version des faits, la méprise incombe à un journaliste qui l’avait joint par téléphone le jour de la mort de son fils et qui aurait déformé ses propos. Il soutient avoir seulement déclaré audit journaliste : « je n’abandonnerai jamais mon fils ».

happywheels

2 Commentaires

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *