MUSULMANS DE France :LA MOBILISATION A GEOMETRIE VARIABLE

By  |  12 Comments


14 manifestants pour dénoncer Les 4 policiers tués à la Préfecture de Police de Paris

13500 manifestants pour dénoncer l’ « islamophobie » qui a fait 0 mort.
Source :
https://twitter.com/DamienRieu/status/1193796286400651264

happywheels

12 Commentaires

  1. Claude

    11 novembre 2019 at 15 h 07 min

    J’accuse Mrs Macron, Castaner et le préfet de Paris d’avoir laissé faire sciemment cette manif honteuse , qui nous fait penser très sérieusement, que les années 40 reviennent à grands pas , que ce gouvernement ne vaut pas plus cher que ceux qui siégeaient à Vichy, acceptant de marquer les juifs de l’étoile de l’infamie et les envoyant à la mort. n’oublions pas ces 4.000 enfants en bas âges, seuls privés de leur parents, que les nazis ont refusé de prendre et que les français , oui , les français ne sachant quoi en faire , les ont envoyé, froidement dans les chambres à gaz . oui souvenez vous.

    je les accuse

    car ils ne pouvaient pas ignorer ce qui se passerait dans les rues de Paris ayant déjà eu un petit aperçu du genre de cette manifestation 8 jours avant, sachant que cette fois, vu les organisateurs, proches des frères musulmans, et tous ces immams prêcheurs de haine qui rappliquaient de toute le France , cela ne pouvait qu’être pire.

    Ce qui s’est passé, ce qui a été dit, crié, la manipulation, la perfidie, et à n’en pas croire ses yeux , l’immonde, l’horreur à l’état pur , cette fillette portant une étoile jaune , et ces grosses truies rigolardes en la regardant, en brandissant haut le drapeau de la France .

    Faisant replonger certains, d’un coup, dans l’abomination des années 40 et la douleur qui va avec ! La France décidément se complait à se vautrer dans la boue , dans la honte, elle n’est pas gênée, encore 1 fois

    Il était des plus facile d’interdire cette manifestation, ils l’ont bien fait pour d’autres surtout losque les manifestants ne leur conviennent pas .

    L’image horrible de cette gamine, n’est pas la France des années 42, non , on pourrait s’y tromper, n’est ce pas, elle est celle d’aujourd’hui de la France de 2019, la France retrouve ses vieux démons hélas .

    Cette image honteuse , ignoble a déjà fait le tour du monde et croyez moi que ce n’est pas à l’honneur de la France et de ses dirigeants .

    • Lys

      11 novembre 2019 at 18 h 11 min

      Ma chère amie, on en avait longuement discuté et ce qu’on craignait est malheureusement arrivé. C’était hélas prévisible !
      Cette photo abjecte avec sa comparaison hideuse n’est pas à l’honneur de la France vous avez raison et encore moins de ses dirigeants !
      Je contresigne !

      • Claude

        11 novembre 2019 at 20 h 02 min

        Lys, je viens d’entendre à radio France info, Mme Benbassa, qui franchement aurait mieux fait de se taire et s’emmêle un peu les pinceaux , se mettant a crier que d’abord, ce n’est pas une étoile de David ! ensuite, il parait que nous ne sommes jamais satisfaits, même quand les « musulmans rendent hommage aux juifs  » . leur duplicité n’a pas de bornes, ils enlèvent à l’étoile une branche ! non mais qui va être dupe ? elle est jaune cette étoile et elle vous frappe en plein cœur dés que cette horreur s’affiche, il manque 1 branche, j’avoue sur le coup que cela ne m’a pas frappée tout de suite , et ces grosses rigolardes et le drapeau français . qu’est ce qui prête à rire dans ce domaine ?

        Sincèrement, est elle folle ? mais comment ose t-elle , ils se foutent de nous en plus, l’étoile est jaune, d’ailleurs , que veut elle dire , l’étoile ne serait pas une étoile de David, mais tout de même, elle dit que « les musulmans rendent hommage aux juifs  » et pour clore le tout, le journaleux lui dit « enfin tout de même, avons nous déjà vu des musulmans entassés dans des bus….  » sa réponse, « oh mais ça pourrait bien arriver « .

        J’ai préféré fermer la radio .

        Mme Benbassa, pour l’amour du ciel, fermez la, car vous vous enfoncez encore plus, en voyant que votre comportement a fortement blessé.

        • liguedefensejuive

          11 novembre 2019 at 20 h 15 min

          Déjà en octobre 2013, commentant l’affaire Leonarda, Esther Benbassa déclare :
          « Moi qui pensais que la France n’avait pas perdu la mémoire de sa sombre histoire, j’étais loin d’imaginer qu’en 2013, en tant que parlementaire, élue du peuple, je serais témoin d’une rafle. Car oui, il faut bien le dire, c’est une rafle. »
          Ses propos suscitent la critique d’Alain Finkielkraut, qui juge que « la référence constante à la Shoah, je pèse mes mots, est ignoble » et de Benoît Rayski, qui y voit une réunion de « tous les poncifs les plus éculés de l’indignation réputée antiraciste

          • Lys

            11 novembre 2019 at 22 h 37 min

            Ah mes amies, la radio France info…Cette radio que j’écoutais malgré moi dans ma bagnole car le bouton pour changer les fréquences s’était cassé…Et toujours ces invités triés sur le volet ( ne me demandez pas quel volet 😉 ) qui donnent libre cours à leurs « sages paroles » qui n’avaient de sage que la voix, parce qu’en ce qui concerne le choix des mots c’était autre chose…Comme cette sorcière de benbassa ( sans majuscule ) qui ne recule jamais mais alors jamais devant rien pour sortir des conneries.

            Quand je pense qu’elle porte mal son prénom et qu’en plus elle se permet d’insulter l’Histoire et les victimes de la Shoah il n’y a pas de doutes à avoir pour être folle elle est folle !

            Sa réponse:  » oh mais ca pourrait bien arriver » !!! Elle débloque grave ! Elle n’a toujours pas compris ( attentats contre les Francais ) que le diable a seulement changé de costume et que ce sont justement ceux qui se sont faits passer hier pour les victimes qui sont en réalité les bourreaux ?

            Non seulement elle ne se rend même pas compte que son comportement a beaucoup blessé mais pire encore elle persiste et signe dans sa crétinerie ! Dur de faire pire 🙁 !

            Par pitié, taisez vous madame benbasta !!

  2. vrcngtrx

    11 novembre 2019 at 15 h 19 min

    Parfait, j’attendais avec impatience les chiffres officiels du nombre de personnes présentes à cette manif pour faire ce même comparatif, soit presque 1000 fois plus … quand même !

  3. roni

    11 novembre 2019 at 15 h 34 min

    13500 c est rien

  4. Franccomtois

    11 novembre 2019 at 15 h 50 min

    J´ai pris cet article sur le site du NPA,le CCIF et autres signataires de même accabit ne les dérangent absolument pas ,comme quoi.Le NPA fera bonne figure face aux femmes et aussi aux hommes qui luttent pour leur liberté de:pas de voile,se tenir par la main en couple dans les lieux public,un tendre baiser dans la rue,se baigner en Bikini,étudier quand on est une femme,droit LGBT,ne pas faire le ramadan,avoir une autre religion que l´islam,être athée……Lá les gauchos se sont grillés face á celles et ceux qui luttent dans les pays muzz pour une vrai démocratie.Qu´ils se fassent casser la tête par les progressistes des pays muzz voila se qu´ils méritent les islamo-facho-sexisto-homophobo gauchiste.De Gaza á Damas,passant par Téhéran,Tunis,Alger,Fez,Tripoli,Beyrouth,le Pakistan,le Soudan,les pays du Golf vous êtes foutus,vous serez honnis par les démocrates,progressistes, humanistes en un seul mot celles et ceux qui veulent vivre libre.

    -Article du NPA:
    L’appel à la marche « Stop à l’islamophobie » du 10 novembre (à Paris, rendez-vous 13h à Gare du Nord) est à bien des égards un tournant. Pour la première fois, un large spectre d’organisations et de personnalités ont décidé de se mobiliser, ensemble, contre les violences, la stigmatisation et les discriminations subies par les musulmanEs. Le signe d’une salutaire prise de conscience collective, malheureusement liée à un contexte particulièrement préoccupant.

    Nous l’écrivions le 23 octobre1 : « Avec leur discours sur les « signaux faibles », Macron, Castaner et compagnie ont légitimé les positions les plus radicalement islamophobes et les amalgames les plus délétères. Au vu de la liste des signaux faibles (voile, barbe, djellaba, nourriture halal, etc.), un trait d’égalité a en effet été tracé entre musulman pieux et individu « radicalisé » et, partant, entre musulman et personne « radicalisable ». » Nous ne savions pas alors que, quelques jours plus tard, un ex-candidat du Front national passerait à l’acte en tirant sur des fidèles musulmans devant une mosquée qu’il avait l’intention d’incendier… Un passage à l’acte qui n’a rien d’un coup de tonnerre dans un ciel serein, mais qui n’est rien d’autre que l’expression de la « radicalisation » des islamophobes en tout genre, facilitée, voire encouragée par les plus hauts sommets de l’État.

    La responsabilité de Macron

    La déferlante islamophobe à laquelle nous assistons depuis plusieurs semaines est en effet une étape supplémentaire dans le développement des discours et des politiques stigmatisantes et discriminatoires à l’égard des musulmanEs, jetés en pâture dans le débat public et rendus responsables de tous les maux. Le choix d’Emmanuel Macron d’accorder un entretien à l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs actuelles est à cet égard éloquent, véritable appel du pied même pas dissimulé aux franges les plus réactionnaires et racistes de la société. A fortiori lorsque l’on se résout à ouvrir ledit magazine et que l’on y découvre, entre autres, que Macron fait sienne la théorie complotiste de la facho­sphère concernant « l’affaire » du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté… Le président de la République explique ainsi doctement, et sans aucune preuve, que la mère d’élève qui a été humiliée par un conseiller RN lui intimant de sortir en raison de son voile, aurait « coincé » ledit conseiller et qu’elle serait « plus proche des milieux de l’islam politique qu’on ne le croyait ».

    Une théorie venue de l’extrême droite et largement démentie depuis, qui inverse la charge de la culpabilité dans cette « affaire », et qui s’inscrit en réalité dans un discours rabâché depuis de longues, longues années : si les musulmanEs sont stigmatisés, voire violentés, c’est parce qu’ils et elles le cherchent, dans le cadre d’une stratégie de victimisation. Et lorsque certains musulmanEs « innocents » sont pris pour cible, la cause se trouverait du côté de « l’islamisme » et non de l’islamophobie. Exactement le type de raisonnement que l’on a pu entendre sur les plateaux de chaînes d’information le soir de l’attentat contre la mosquée de Bayonne, avec des « débats » glissant plus ou moins brutalement vers la question du « communautarisme »…

    Une riposte large, unitaire et déterminée

    Dans un tel contexte, une riposte large et unitaire était indispensable, qui commence à se dessiner avec la marche du 10 novembre, dont l’importance est proportionnelle au déchaînement de haine qu’elle suscite du côté de la droite et de l’extrême droite, mais aussi de nombre de défenseurs auto-­proclamés d’une « laïcité » transformée en arme de discrimination massive contre les musulmanEs. Les pressions sont fortes sur certaines des personnalités et organisations signataires, de La France insoumise à Philippe Martinez en passant par la FSU et Génération.s, que l’on traite allègrement de « collabos de l’islamisme » sous prétexte qu’ils ont fait le choix de signer un appel à se mobiliser au côté des premierEs concernéEs et de plusieurs collectifs luttant de longue date contre l’islamophobie, comme le CCIF ou la plateforme L.E.S. Musulmans.

    Pour contre-balancer ces pressions, il faut faire de la journée du 10 novembre un succès et une démonstration de force. Une démonstration d’unité face à une violente offensive raciste, de solidarité avec les populations qui en sont victimes, et de refus de se laisser entraîner sur le terrain de la haine et des divisions face à un gouvernement dont les politiques visent l’ensemble des salariéEs, des classes populaires et des jeunes. Sans toutefois tomber dans la rhétorique de la « diversion », qui voudrait que la lutte contre l’islamophobie soit un piège qui nous détournerait de la « véritable » lutte des classes. La lutte contre l’islamophobie, comme la lutte contre tous les racismes, est au cœur de la lutte des classes, et elle doit être une tâche essentielle pour tous ceux et toutes celles qui, aujourd’hui, veulent en finir avec toutes les politiques antisociales du pouvoir. La contre-offensive antiraciste est en effet non seulement nécessaire pour faire cesser les discriminations et les violences, mais elle participe en outre pleinement de l’unification et du renforcement de notre camp social, indispensables pour infliger une défaite globale à Macron et son monde.

    Julien Salingue

    • liguedefensejuive

      11 novembre 2019 at 17 h 25 min

  5. Nathalie JORGE LAICK

    11 novembre 2019 at 20 h 16 min

    Hier la honte s’est abattue sur la France et l’esprit de résistance de nos aïeux a trépassé !
    Les islamos fachistes ont défilé avec les mains tachées du sang de leurs victimes !
    Je dénonce nos traîtres de dirigeants actuels et passés d’avoir laissé pousser sur notre sol ce champignon vénéneux qu’est l’islamisme !
    Ils devront le payer ! Nathalie JORGE – LAICK

    • vrcngtrx

      12 novembre 2019 at 11 h 39 min

      « l’esprit de résistance de nos aïeux a trépassé »
      faux, vous imaginez bien qu’au vu des progrès technologiques – donc des moyens de surveillance des individus – la lutte ne peut pas prendre forme comme jadis
      .
      .
      « nos traîtres de dirigeants actuels et passés d’avoir laissé pousser sur notre sol ce champignon vénéneux »
      >>> https://www.youtube.com/watch?v=LjDqrq3Mb3g <<<
      .

  6. verité

    12 novembre 2019 at 20 h 16 min

    Islamophobie ? Savez vous que les Juifs se font agresser 49 fois plus que les musulmans et les Chrétiens 10 fois plus ? Que les 11 Juifs tués depuis 2006 l’ont été par des musulmans ?

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *