« Toute l’histoire de ma vie figure dans Mein Kampf»

By  |  2 Comments

ENTRETIEN – Réédité sous une forme critique aux Éditions Fayard, Mein Kampf est disponible depuis le 2 juin. L’ancien déporté Raphaël Esrail et l’historien Jacques Fredj évoquent la symbolique de cette réédition pour la communauté juive.
Par Coline Renault
La réédition chez Fayard dès le 2 juin du livre maudit veut «historiciser le mal» et offrir aux historiens une version critique et commentée du texte. Pour éviter de blesser la communauté juive, la maison d’éditions a mené un intense travail de pédagogie et de diplomatie, privant par exemple le livre de titre et de promotion. Jacques Fredj, président du mémorial de la Shoah, et Raphaël Esrail, de l’union des anciens déportés d’Auschwitz, évoquent ce travail d’histoire et de mémoire face au livre de Hitler.
LE FIGARO – Comment accueillez-vous cette réédition de Mein Kampf ?
Raphaël ESRAIL – Ce n’est pas une réédition normale : c’est une version étudiée pour être mise à destination de spécialistes qui veulent mieux connaître l’histoire. Vous savez, je suis né en 1925 : pratiquement en même temps que ce livre. J’ai été arrêté à Lyon, et déporté à Auswitchz pour y être assassiné dans le cadre d’un génocide dont on ignorait l’existence. Toute l’histoire de ma vie figure dans Mein Kampf: projet de société totalitaire, projet racial.. Je ne peux pas ignorer un livre qui a dicté ma vie.

Jacques FREDJ – C’est presque une mission d’utilité publique. Les historiens n’avaient à disposition qu’une traduction française de 1934, mal traduite, idéologique, dont la lecture posait problème. Une fois le livre tombé dans le domaine public, il devenait indispensable d’avoir une traduction non orientée. Or, les historiens ont livré là un travail collectif d’historicisation est sans précédent. Il est inimaginable de considérer que ce livre devrait rester sous le tapis comme un texte maudit. Certes, il est terrible, sulfureux. Mais sur le plan historique, nous en avons besoin pour apporter des lumières sur un texte truffé de mensonge.
Cette réédition ne risque-t-elle pas de blesser les Juifs de France ?
Raphaël ESRAIL – Les anciens déportés ont souvent ce sentiment que c’est par Hitler – et par conséquent par ce livre que tous les malheurs sont arrivés. Hitler occupe d’ores et déjà une place centrale dans nos vies, dans la mémoire de notre communauté, qu’il n’est pas possible de nier. Ne pas en parler ? Nous, survivants, en parlons tout le temps. Il ne faut pas oublier ce livre qui incarne les horreurs que nous avons subies. C’est un objet d’histoire et de mémoire.
Jacques FREDJ – C’est bien sûr un sujet douloureux, mais l’histoire s’écrit avec les archives des bourreaux. Depuis 1944, nous avons recueilli au mémorial de la Shoah les archives de la persécution des juifs de France : papiers témoignant de l’organisation de la déportation des juifs de France, collection de presse antisémite.. Si vous voulez comprendre l’obsession antisémite des nazis, il faut comprendre qu’est ce qui a poussé un être humain, un Européen, à assassiner un million et demi de juifs… avant même d’arriver à une industrialisation de la mort. Mein Kampf doit être la vision raciale la plus aboutie du monde : s’y confronter est nécessaire pour lutter contre le racisme le plus radical, le plus absolu. Cela doit être reçu comme un outil de lutte contre le racisme.

Ne craignez-vous pas que reparler de l’œuvre pour sa réédition alimente l’antisémitisme ?
Jacques FREDJ Malheureusement, l’antisémitisme n’a pas besoin de cela. Ceux qui ont assassiné ces 13 juifs ces derniers mois n’avaient pas Mein Kampf comme livre de poche. Il circulait déjà chez des bouquinistes, sur internet. J’ai vu des mauvaises éditions, mal traduites ou peu commentées, circuler abondamment. À l’inverse, Il était nécessaire d’en faire un objet d’histoire sans promotion, destiné aux enseignants et à la bibliothèque en tant qu’outil pédagogique.
Raphaël ESRAIL – Je ne crois pas. La haine est permanente, les antisémites le seront toujours. En tout cas, la façon dont le livre est réédité, sans titre, sans promotion, commenté par des historiens permet au contraire de mettre à distance cette haine. Bien plus qu’en l’interdisant purement et simplement.
Source :
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/toute-l-histoire-de-ma-vie-figure-dans-mein-kampf-20210603


Raphaël Esrail naît le 10 mai 1925 à Magnésie en Turquie dans une famille juive qui parle ladino. Elle émigre à Lyon lorsqu’il a un an et s’établit dans le quartier de la Croix-Rousse. Adolescent, il entre aux Éclaireurs Israélites de France où il est confronté à l’arrivée de réfugiés fuyant le nazisme.
Pendant l’Occupation, élève à l’École centrale de Lyon, il est recruté par la Résistance juive en septembre 1943 pour la confection de faux papiers. Il prend le nom de guerre de Paul Raoul Cabanel et il rapporte à Marcel Gherson dans l’organisation de résistance la Sixième. Le 8 janvier 1944, il se rend au laboratoire de faux papiers installé chez Roger Appel, un autre membre de la Sixième qui avait été arrêté la veille. Il est à son tour arrêté et torturé sans qu’il parle. Puis il est transféré au camp de Drancy (où il rencontre Liliane Badour, sa future femme, qui sera elle aussi déportée). Il est déporté à Auschwitz par le convoi no 67, le 3 février 1944 (Matricule 173295). Il y survit onze mois.
Le 18 janvier 1945, il subit l’évacuation organisée par les SS d’abord dans une marche de la mort puis à un transport en train dont il essaye vainement de s’évader. Il reste quelques jours à Dachau, puis il est transféré dans un sous-camp, d’Ampfing Waldlager. Le 25 avril 1945, sous la pression des troupes alliées, ce camp est évacué. Raphaël est libéré par les Américains près du village de Tutzing le 1er mai 1945. Il rentre en France en passant par l’hôtel Lutetia à Paris avant de retourner à Lyon le 26 mai 1945 où il retrouve sa famille dont aucun membre n’a été déporté.
Après l’achèvement de ses études, il est ingénieur à Gaz de France où il fait carrière de 1949 à 1988. Il y est longtemps responsable des services de formation. Il ne parle de ses épreuves ni avec son épouse, déportée elle aussi, ni avec le reste de sa famille, ni au-delà.
A partir de la fin des années 1980, il se consacre au travail de mémoire initiant des projets en lien avec l’Education nationale.
Après avoir été Secrétaire général de l’Amicale d’Auschwitz depuis le milieu des années 1980, il est président de l’Union des déportés d’Auschwitz depuis 2008.

happywheels

2 Commentaires

  1. Franccomtois dit :

    Une chose est certaine,ne jamais oublier les horreurs commisent par le national-SOCIALISME!Combien de génocide depuis que l´homme et la femme ont fait leur apparition sur Terre?!
    Il y a celles et ceux qui ont fait front á la barbarie,des personnes de grande dignité et les saletés,les pourritures,les pustules comme le benedetti,de lesquen,bourbon et les suiveurs de ces brosses á chiotte(encore qu´elles ont leur utilité,eux non).
    Pour plus d´humanité nous pourrions parfois nous inspirer de nos amis á 4 pattes(pour les petits enfants,enfants,parents et grand-parents):
    -freundlichstes Video überhaupt auf der Erde
    https://youtu.be/hnB8jLCznHI

  2. hérode dit :

    Censurer revient à en faire la publicité.
    Qui va acheter Mein Kampf et devenir antisémite ?
    Les nazis acheteront Mein kampf si ils ne l’ont pas déja téléchargé gratuitement et resteront nazis.
    Les curieux seront éclairés par les explications historiques et vomiront l’auteur
    Et l’immense majorité s’en foutera !!!

    Les seuls pays où mein kampf est un best seller c’est quand même gaza , l’iran et l’algérie !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *