VIDEO-Ariège : des objets nazis proposés à la vente aux enchères de Pamiers provoquent un tollé

By  |  4 Comments

Plusieurs dizaines d’objets militaires devaient être vendues ce jeudi, à Pamiers. Mais dans les lots présents, des insignes nazis et SS ont provoqué une polémique qui est remontée jusqu’à Serge Klarsfeld, fils de déportés. Ce lundi soir, ces articles viennent juste d’être retirés de la vente.
Une vente aux enchères présentant de nombreux objets militaires doit se dérouler jeudi 7 janvier à l’hôtel des ventes de Pamiers (Ariège). Mais des insignes nazis figuraient jusqu’à peu parmi les articles proposés à la vente, provoquant l’indignation générale après l’alerte lancée par un juriste parisien, rapporte La Dépêche du Midi.
Des casquettes SS, des plaques de la Gestapo ou encore un ceinturon du parti nazi : aucune loi n’interdit en France la vente aux enchères de ces objets à la symbolique sulfureuse. Il n’empêche qu’une telle transaction peut choquer. À commencer par Serge Klarsfeld, fervent défenseur de la cause des déportés.
Pour l’ancien avocat aujourd’hui âgé de 85 ans, « ceux qui achètent ces emblèmes sont fascinés par cette épopée criminelle ». Si bien qu’il serait envisageable selon lui de poursuivre les acheteurs et les vendeurs de ces objets pour apologie de crime contre de l’humanité. Celui qui est aussi historien reconnaît toutefois que les insignes en question auraient leur place dans un musée.
Source :
https://www.estrepublicain.fr/societe/2021/01/05/des-insignes-nazis-proposes-aux-encheres-en-ariege-le-commissaire-priseur-les-retire-de-la-vente


C’est en parcourant le site interenchères.fr, qu’un passionné d’art, est tombé sur une multitude d’objets nazis. Ils sont exposés dans le cadre d’une vente aux enchères, prévue samedi 9 janvier à l’hôtel des ventes de Soissons. « Je vois d’abord une vente dite « Militaria ». Il y a un casque français de la Seconde Guerre Mondiale, des uniformes français, jusque là tout va bien. Jusqu’à ce que je tombe sur des objets nazis. Des drapeaux, des bustes d’Hitler, des brassards nazis… », explique l’homme qui préfère rester anonyme.
Parmi les objets proposés à la vente, des casquettes et boucles de ceintures de Waffen SS, des dagues a l’effigie du IIIe Reich, des bustes en bronze de soldats allemands ou encore des journaux de propagande nazie.
La vente et la possession d’objets nazis est encadrée par la loi
En France, la possession et la vente d’objets du IIIe Reich est soumise à l’article R645-1 du code pénal : « est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait, sauf pour les besoins d’un film, d’un spectacle ou d’une exposition comportant une évocation historique, de porter ou d’exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945, soit par une personne reconnue coupable par une juridiction française ou internationale d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité prévus par les articles 211-1 à 212-3 ou mentionnés par la loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964 ».
S’il est autorisé d’être en possession et de vendre des objets nazi, il est cependant interdit de les exposer, même en photo.
« Une fausse polémique »
Pourtant, pour Me Bruce Roellens, le commissaire-priseur qui organise la vente, « c’est une fausse polémique ! Il n’y a pas d’interdictions légales, on a fait attention à rester dans le cadre de la loi ». Sur les photos, les croix gammées sont bien cachées. Les autres symboles du IIIe Reich comme l’aigle, ou encore le Totenkopf (symbole des Waffen SS), sont eux, bien visibles.
La plateforme Interenchères.fr a quant à elle défendue la mise en ligne de ces photos : « La vente d’objets nazis est autorisée mais soumise à certaines restrictions. Leur exposition au public est prohibée et les insignes nazis doivent être masqués lors de leur publication sur notre site dans le cadre de la promotion de la vente ».
« Ca reste des souvenirs historiques. On ne peut pas nier l’histoire, ajoute Me Bruce Roellens. D’autant plus que les acheteurs sont soit des musées, soit des collectionneurs. Il ne s’agit pas de nostagliques du IIIe Reich », assure-t-il.
Une affirmation que contredit le passionné d’art qui a dénoncé cette vente. « Si cette vente était destinée aux musées, ils auraient organisé une vente de gré à gré ».

Sentant la polémique monter, Me Bruce Roellens, habituellement spécialisé dans la vente d’objet de la Première Guerre mondiale, a tout de même supprimé « 18 lots sur 400 », admet-il. « J’ai l’impression d’être censuré et je pense que c’est un danger pour la mémoire. Que l’histoire soit bonne ou mauvaise, elle a existé ». Les lots en question ne seront donc pas vendus et seront restitués à leur propriétaire.
Pourtant, sur le site de la vente aux enchères, subsistent encore plusieurs objets. « On va tout faire pour annuler cette vente. Le CRIF ( Conseil représentatif des institutions juives de France) est sur le coup tout comme le célèbre historien, chasseur de nazis Serge Klarsfeld », affirme le passionné d’art qui a alerté.

commissaires-priseurs peu scrupuleux n’hésitent pas à proposer des objets, bustes et autres « souvenirs » des nazis. Pour ce début d’année, déjà trois ventes annonçaient de tels objets : à Albi, Pamiers et Soissons ».
Le BNVCA a assuré qu’il allait saisir le Préfet et le Procureur « pour que cesse non seulement le trouble à l’ordre public, non seulement l’apologie du nazisme mais surtout l’encouragement des minables qui voient dans les croix gammées un moyen de dissimuler leur immonde lâcheté ».
Ce n’est pas la première fois qu’une telle polémique éclate au sujet de la vente d’objets nazis. En 2018, des étoiles jaunes et un brassard nazi avaient été proposés à la vente sur le site Leboncoin.fr. Après une plainte du BNCVA, les annonces avaient été suuprimées.
Source :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/aisne/soissons/soissons-vente-aux-encheres-exposant-objets-nazis-cree-polemique-1911578.html


Projet d’affiche,, réalisé à la gouache de propagande de Vichy datée de 1941. Sigles des organisations de jeunesse, des scouts de France, de l’union des artisans … Hauteur: 72 cm. Largeur:54 cm. Très bel état.

happywheels

4 Commentaires

  1. capucine dit :

    C’est scandaleux. …tout ces objets et reliques des nazis doivent être incinérés….

  2. benjamin dit :

    pourquoi dans ce genre d affaire il n y a que des juifs pour protester et s indigner !c est comme si au fond la France non juive de l epoque n avait pas souffert de l occupation !!ou peu !!comme l a affirmè cet infect fumier de stephane Hessel !!

    • vrcngtrx dit :

      « comme si la France non juive de l’époque n avait pas souffert de l’occupation »
      certains prétendent même que c’est la résistance qui a commis la barbarie d’Oradour

  3. capucine dit :

    Il existe aussi des armes à feu du régimes nazis interdit de vente sur Internet. .

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *