L’argument de l’amalgame et son usage

By  |  6 Comments

de Shmuel Trigano

Il y a un prix à payer pour le discours prônant le « pas d’amalgame envers l’islam ». Il se veut une mise en garde, ce que l’on peut comprendre, mais le problème, c’est que ses effets sont profondément pervers. Tout d’abord par rapport à sa finalité déclarée. Il laisse entendre par antithèse qu’on pourrait de toute evidence pratiquer l’amalgame qu’il dénonce et qu’il met donc en œuvre en négatif, ce qui a pour effet d’encourager les esprits à une vision massifiante des musulmans propice à favoriser l’idée d’une responsabilité collective. Il induit ainsi un soupçon tout en l’interdisant. Alors qu’il prétend prémunir du racisme.

Le concept d’ »islamophobie », d’invention récente, et qui est invoqué comme la raison du « pas d’amalgame », ne fait qu’accentuer cette massification car il fait de l’islam et pas uniquement des individus musulmans le sanctuaire intouchable. L’interdit s’étend ainsi à sa doctrine elle même. Et là, nous ne sommes plus dans un régime de lutte contre le racisme mais de censure intellectuelle.
Jusqu’où cet interdit va-t-il ? Telle est en fait la question. Et il n’y a pas que le blasphème. Toute l’histoire et la culture sont concernées. Faut-il aussi sanctuariser le récit de l’histoire que l’islam ou le monde arabe s’est donné ? L’occultation systématique de l’histoire de la fin dramatique des communautés juives du monde musulman a été, en France, un cas d’école de cette censure. Elle a montré qu’il y avait des vérités officielles et instituées par les médias, l’ »Université », l’opinion.

Ce sont les Juifs de France qui ont payé le prix de cette chasse ambivalente à l’islamophobie. Déjà du fait que le discours sur l’amalgame est le discours qui suit chaque acte terroriste, au point d’effacer les victimes, la raison de leur massacre, l’antisémitisme, la plupart du temps déniée. Jusqu’à l’affaire Merah, l’opinion, les pouvoirs publics ont refusé de constater la réalité de l’antisémitisme parce qu’il provenait de milieux activistes de l’islam. Celà ne correspondait pas à leur « narratif ».

On a alors forgé des leurres qui impliquaient toujours la mise en accusation les Juifs, voire certains Juifs : « tensions inter-communautaires », « conflit importé ». Des excuses sociologiques (chômage, pauvreté, apartheid), puis aujourd’hui psychologiques (loups solitaires, crise d’adolescence) ont été avancées pour cacher les causes manifestes qui sont puisées dans la religion. On s’est retourné, cette fois-ci sans réserves, contre Israël, le sionisme, les colons pour ne pas reconnaître la nature de la guerre de religion menée par les djihadistes. Ce déchaînement n’a pas connu de limite. Il a atteint a culture. Je peux évoquer comme exemple un livre paru en 2003, publié par un grand éditeur, salué par des professeurs du Collège de France, deux prix Nobel, célébré dans un grand magazine français, qui épilogue sur le « droit de tuer des non Juifs » que la Tora enjoignerait. Imagine-t-on le scandale s’il s’était agi du Coran ? En ce qui concerne les Juifs, si l’on excepte le négationisme, il semble donc qu’on ait le droit de tout dire, même des mensonges. Jusqu’à leur reprocher leur départ pour Israël ou leur supposée « double allégeance » au moment même où ils sont la cible des terroristes. Aucun scandale public.

Avec Merah et Coulibaly le prétexte d’Israël s’est effondré mais rien n’a changé dans le discours et la compréhension de la situation. Il est toujours hypnotisé par son interdit. Un exemple : Aujourd’hui encore, commentateurs et stratèges nous disent qu’ils ne « comprennent » pas pourquoi des actes de terreur sont commis par des jeunes nés en France. Et pour cause !
L’ironie du sort fait qu’il n’y a que les musulmans qui se veulent « modérés » à pouvoir casser ce système idéologique retors qui manie le pouvoir de bannir et de stigmatiser, très « moralement ». Surfer sur cette vague, comme leurs représentants ont tendance à le faire aujourd’hui, pourrait réserver à tout le monde des lendemains très problématiques. Il faudrait qu’ils pensent à un aggiornamento comme le fit l’église au lendemain de la Shoah. Mais ont-ils le courage, la volonté et l’autorité pour le faire ?
* A partir d’une tribune sur Radio J le vendredi 6 février 2015.

Lire l’article de DESINFOS en cliquant sur le lien ci-après
http://www.desinfos.com/spip.php?article46089

happywheels

6 Commentaires

  1. Cathy

    6 février 2015 at 23 h 18 min

    Super dessins… C’est vrai que je suis dépassée d’entendre « pas d’amalgame » de la part de tous les médias… A croire que nous sommes devenus des robots répétant bêtement ce qui doit se dire… L’histoire se répète inlassablement et on l’on regrettera dans un avenir proche justement de n’avoir pas fait d’amalgame.

  2. josué bencanaan

    7 février 2015 at 9 h 09 min

    Trop facile de mettre les djihadistes salafiste, radicaux intégristes (bientot ils vont nous trouver un nouveau terme)responsable de tout les maux.
    Ceux qui ont tué Ilan halimi, sébastien Selam, n’etait pas islamiste que je sache, merah, coulibaly ils ont plus le profil de la racaille de banlieu que d’islamiste en réseau.
    Nemmouche et les fréres Kouachi islamiste avéré.

    Un seul point commun entre eux, devinez lequel ????

    Ils sont tous musulman !

    Alors désolé, moi je fais l’amalgame, tout les crabes pourris dans le meme panier, les musulmans en grande majorité haissent les juifs, cela a toujours été et cela restera.

    • Cathy

      7 février 2015 at 21 h 56 min

      Bien dit… Josué Bencanaan.

      • Arié

        28 juin 2015 at 12 h 13 min

        Autre point commun, ils sont tous nés en France, késako

  3. zou

    7 février 2015 at 11 h 59 min

    c’est des modérés qui nous tuaient en 1934 à Constantine

  4. Irgoun

    7 février 2015 at 12 h 30 min

    Pourquoi les valls et compagnie cherche a nous faire croire klé muz et les djiadistes ont des circonstances atténuante?? Pauvre petit laissé pours conte de la diversité!! Je vais verser une larme dans 5 minutes..

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *