Le courage de Roger Cukierman

By  |  2 Comments

Cet article de Philippe BILGER a été écrit avant la reculade de Monsieur Cukierman sur ces déclarations sur les « jeunes musulmans ».

Ce n’est pas parce qu’on est président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) qu’on est forcément, ès qualités, un homme honorable et juste. Pour toutes les élections, c’est pareil : le processus dégage une majorité mais pas nécessairement une moralité.
Je n’aimais pas, par exemple, les prises de position de Richard Prasquier mais son successeur Roger Cukierman est quelqu’un de bien, pour le dire familièrement.
Ce n’est pas d’aujourd’hui que j’ai cette appréciation favorable sur lui mais un propos récent qu’il a tenu n’a fait qu’amplifier mon estime.
Interviewé le 23 février sur Europe 1, à l’occasion du 30e dîner du CRIF conviant 700 invités dont des personnalités politiques de tous bords, Roger Cukierman a déclaré que « …derrière Marine Le Pen qui est irréprochable personnellement, il y a tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes et donc pour nous, le Front national est un parti à éviter… »
Si, sur le FN, sa perception est tranchée et mêle, dans un opprobre global, le bon grain et l’ivraie, les nostalgiques du pire et des citoyens que seuls le présent et Marine Le Pen mobilisent, il convient de saluer sa parfaite honnêteté intellectuelle à l’égard de cette dernière puisqu’il a eu le courage de la qualifier« d’irréprochable ». Ce n’est pas un mince compliment émanant de sa part !
Cette objectivité ne serait pas de trop dans l’ensemble de la classe politique et notamment chez les socialistes. Les absurdes allégations d’un député alsacien puis d’un Cambadélis, reliant, contre l’évidence et à toute force, la profanation de Sarre-Union au FN sont la preuve que l’idéologie bête et intolérante frappe encore !
Il n’est pas excessif d’évoquer le courage de Roger Cukierman. Pour Marine Le Pen, la partialité est de mise et sa différence avec son père, sur le plan du racisme et de l’antisémitisme, généralement niée ou au moins négligée.
Pour s’en convaincre, il suffit de prendre acte de la réaction violente de Serge Klarsfeld qui a contredit le président du CRIF en soulignant : « Mme Le Pen n’a pas rompu avec son père. Elle dirige le FN qui porte le passif des prises de position antisémites du père qui est président d’honneur du Front national. »
Si on suit l’argumentation de Serge Klarsfeld, Marine Le Pen est coincée à perpétuité dans la réputation de son père et dans l’étau d’un certain terreau discutable du FN, tout simplement parce qu’elle est la fille de Jean-Marie Le Pen et malgré son obstination éthique à se distinguer de lui.
Il y a quelque chose de profondément choquant dans cette position qui ne tient aucun compte des attitudes et des pensées personnelles et s’indigne de ce qui, au contraire, chez Roger Cukierman, manifeste une ouverture d’esprit et un souci de vérité.
Je ne suis pas persuadé qu’au sein du CRIF Roger Cukierman aura le soutien et l’approbation qu’il mérite. Il doit être défendu parce que sa parole ne concerne pas que les juifs et elle me semble d’autant plus précieuse qu’aussi bien le FN que le Front de gauche dénoncent, dans ce dîner annuel, une « réunion communautariste ».
Les représentants du Conseil Français du culte musulman ont décidé de boycotter ce dîner parce que Roger Cukierman a mis en cause, dans les violences actuelles contre les juifs, « une toute petite minorité de jeunes musulmans », précisant que l’immense majorité des musulmans en était d’ailleurs victime. Le président du Crif s’est expliqué et sur ce plan également, sauf à lui chercher des noises pour tout, je ne vois pas en quoi ses propos sont répréhensibles. Décrire une réalité en prenant la précaution de l’imputer à une minorité n’est pas stigmatiser mais dire ce qui est.

Pas de plus éclatant démenti à ce reproche de communautarisme, qui n’est pas nouveau, que la sincérité salubre d’un président du CRIF n’acceptant pas d’occulter la réalité des êtres pour s’abandonner à cette triste dérive : si ce n’est toi, c’est donc ton père…
Parce que Roger Cukierman est quelqu’un de bien.

lire l’article de Philippe BILGER en cliquant sur le lien ci-après

http://www.philippebilger.com/blog/2015/02/le-pr%C3%A9sident-du-crif-est-quelquun-de-bien-.html

Philippe Bilger, né le 31 août 1943 à Metz, est un magistrat français. Juge d’instruction, puis avocat général, il est resté au service de la justice pendant près de quarante années, connu surtout pour avoir été en charge du service de la Cour d’assises au sein de la Cour d’appel de Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages.
Fils de Joseph Bilger, un autonomiste Alsacien-Lorrain, Philippe Bilger naît à Metz, pendant la seconde annexion allemande. Il est scolarisé, après la guerre, dans l’établissement scolaire Saint-Louis à Montargis. Il débute sa carrière dans la magistrature en 1970. À la Libération, son père, Joseph Bilger, fondateur d’une organisation d’extrême-droite, est condamné à dix ans de travaux forcés pour faits de collaboration. Ce jugement reste, pour Philippe Bilger, une injustice qui n’a pas été sans incidence sur le choix de sa carrière de magistrat et sur sa manière d’exercer sa fonction
En 2009, Philippe Bilger représente le ministère public au procès relatif à l’affaire « du gang des barbares ». Ses réquisitions sont dans l’ensemble suivies par la cour, notamment en condamnant le principal accusé à la peine maximale, et il déclare que « les débats et l’arrêt rendu ont été exemplaires ». N’ayant pas demandé cette peine maximale pour certains complices, il est attaqué pour son traitement de cette affaire par Bernard-Henri Lévy et par l’avocat des parties civilesFrancis Szpiner

happywheels

2 Commentaires

  1. miranda

    26 février 2015 at 16 h 53 min

    bien sur mr bilger ! mr Cukiérman est quelqu »un de bien ! et je rajoute que ca doit pas étre facile de diriger le crif ??? mais vous avez bien résumé mr Bilger les choses !! dénnoncer la vérité n »est pas un outrance !! mais en France il faut plus rien dire sous peine d »étre menacé de racisme et ca commence a bien faire !!! si les politiques avaient plus souvent dénnoncées les événements et meurtres commis par ces gens là !! on en serait pas là aujourdhui ! et j »éspére que mr Cukiérman ne s »est pas rabassé à s »éxcuser !!!

  2. Richard C.

    27 février 2015 at 0 h 02 min

    Les écrevisses finissent à la casserolle. Les dirigeants qui font habituellement autant de reculades finiront de même! Mais ne nous laissons pas entrainer à cette triste fin

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *