On tue des juifs par Philippe Lefevre

By  |  0 Comments

Samedi 24 mai 2014 au Musée Juif de Bruxelles, situé dans un quartier le plus élégant de la ville, fréquenté par de nombreux Bruxellois et Touristes a été le théâtre d’un drame au terme duquel un individu masqué et armé a ouvert le feu sur les visiteurs du Musée Juif.
Que les victimes soient juives ou pas importe peu puisque ce sont clairement des juifs que l’on a voulu abattre.
C’est le résultat d’un lent et long processus de renoncement des opinions en Europe entretenu et travaillé par une presse complaisante et une classe politique manquant singulièrement de courage.
A force d’admettre un antisionisme militant, visage moderne de l’antisémitisme, on met directement les populations juives en danger et la France est bien sûr concernée par ce risque.
Comment et pourquoi un Français de confession juive devrait-il être concerné, au péril de sa sécurité, de celle de sa famille et de ses enfants parce qu’il y aurait un désaccord de territoire dans un autre pays, quand bien même Israël serait chère à son cœur ?
Faire de l’antisionisme une opinion recevable dans la société Française et imputer aux citoyens de confession juive une responsabilité, du fait de leur seule appartenance à ce peuple ne peut s’appeler que de l’antisémitisme.
La France a accepté qu’un parti comme le NPA (Nouveau Parti Antisioniste) présente des candidats à des élections locales et même législatives avec pour mot d’ordre :
« Pour une Assemblée Nationale libérée du sionisme ».
Comment comprendre ce mot d’ordre autrement qu’un un soupçon d’influence juive à l’Assemblée Nationale ?
Et pourtant, le NPA n’a encouru, du fait de son programme et de ses mots d’ordre, aucune critique de l’autorité publique.

Le Parquet de Lille saisi d’une plainte à ce sujet l’a tellement bien instruit, qu’elle s’en est perdue dans les sables mouvants des dossiers oubliés.
Sans réaction d’autorité et de fermeté sur des principes et des questions sur lesquelles on ne transige pas conduira nécessairement à d’autres drames.
Ce n’est pas les réactions en dernière limite et les coups d’autorité « Dieudonesque » qui règleront la question.
Les responsables sont ceux qui n’assumant pas leur véritable devoir d’information entretiennent le climat antisioniste en se défendant d’être antisémite alors que c’est, transposé aujourd’hui la même chose.
La classe politique frileuse sur la question d’Israël ne contribue certainement pas à améliorer le score.
On peut craindre d’autres drames si l’on n’adopte pas enfin un discours responsable.

Ce n’est injurier personne d’écrire que cet antisionisme moderne soit l’apanage d’une partie de la gauche en France et de certains milieux se réclamant d’un islam combattif.
Nos compatriotes et amis de confession Musulmane qui souhaitent vivre en France, en paix, dans la laïcité, ne risquent-ils pas de subir un retour d’opinion dont on sait que la France les connaît parfois brutaux.
Mesdames et Messieurs qui prenez la responsabilité de penser pour les autres, de les informer et de prétendre à l’éclairage, vous feriez bien d’y réfléchir.

Philippe Lefevre
Président de France Israël Nord
lire l’article de FRANCE-ISRAEL en cliquant sur le lien ci-après

https://www.france-israel.org/articles.ahd?idart=6085

happywheels

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *