Croix gammées à Paris : le suspect transféré à l’infirmerie psychiatrique

By  |  8 Comments

La garde à vue d’un homme soupçonné d’avoir tagué une vingtaine de croix gammées à Paris dans la nuit de samedi à dimanche a été brièvement interrompue, pour un transfert à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (I3P), a appris le Parisien auprès du parquet de Paris, confirmant une information de l’AFP.
A l’issue de son passage à l’I3P, pour vérifier son état psychiatrique, cet homme de 31 ans né en Géorgie « a été remis en liberté » et aussitôt « replacé en garde à vue », précise le parquet.
Une enquête pour « dégradations » a été confiée au service d’accueil et d’investigations de proximité (SAIP) de Paris-centre, après l’interpellation dans la nuit de samedi à dimanche de cet homme.
Taguées en rouge sur les colonnes des arcades de la rue de Rivoli et certains murs de la place de la Concorde, les croix gammées étaient visibles tôt dimanche matin sur des photos diffusées sur les réseaux sociaux. L’homme avait été interpellé par des agents de la brigade d’intervention de Paris (BIP), sorte de « police municipale » de la capitale.
La garde à vue d’un homme soupçonné d’avoir tagué une vingtaine de croix gammées à Paris dans la nuit de samedi à dimanche a été levée afin qu’il soit transféré à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (I3P), indique le parquet de Paris.
À l’issue d’un passage à l’I3P, le suspect peut soit retrouver un état compatible avec une reprise de sa garde à vue, soit faire l’objet d’une prise en charge psychiatrique.
Une enquête pour « dégradations » a été confiée au service d’accueil et d’investigations de proximité (SAIP) de Paris-centre, après l’interpellation dimanche matin tôt de cet homme, né en 1989 en Géorgie.
Taguées en rouge sur les colonnes des arcades de la rue de Rivoli, les croix gammées étaient visibles tôt dimanche matin sur des photos diffusées sur les réseaux sociaux.
Sur Twitter, la mairie de Paris a précisé que l’homme avait été interpellé par « une équipe d’agents de la sécurité ». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait évoqué d’ »ignobles tags nazis en plein Paris » et dit « merci aux policiers pour la réactivité ».
Selon les chiffres du Service central du renseignement territorial, les actes racistes ont augmenté de 38% en 2019.
En détail, ils sont en hausse de 27% pour les actes antisémites (687 actes), de 54% pour les actes anti-musulmans (154 actes) et de 130% pour tous les autres actes racistes (1 142 actes).
SOURCE :
https://www.sudouest.fr/2020/10/12/croix-gammees-a-paris-le-suspect-transfere-a-l-infirmerie-psychiatrique-7952871-7.php

happywheels

8 Commentaires

    • Golaniwarrior dit :

      Il n’y a pas de bon ou de mauvais sens au svastika:

      « Le svastika inscrit dans un carré peut être retourné comme s’il était vu dans un miroir, donnant deux versions de sens opposé. On le qualifie de « dextrogyre » (dextro = droite ; gyro = tourne) lorsque le tracé de chacune de ses pattes tourne dans le sens des aiguilles d’une montre (卐), et de « lévogyre » (ou encore « sénestrogyre ») dans le cas contraire (卍). En Inde, on trouve des figurations dans chacun des deux sens et, contrairement à certaines affirmations, aucun des sens n’est « maléfique », tous deux sont en fait « bénéfiques ». La considération de ces deux sens provient de deux orientations possibles liées au pradakshina. »

      (source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Svastika)

  1. zeev dit :

    Réclamons Justice! Ce type doit être jugé pour apologie de crime contre l’Humanité et incitation à la haine. C’est tout.

  2. Lior dit :

    Les pathologies mentales ont un coût annuel de cent milliards d’Euros.. Et souvent nous en sommes victimes (mais ce n’est pas classé comme acte antisémite à cause soi disant de la notion floue d’abolition de discernement).

  3. zeev dit :

    Lior, c’est bien gentil tout ça. Il y a plein de criminels qui ont des pathologies et des problèmes psycho, c’est l’objet d’étude de la psychologie criminelle, il n’empêche qu’ils doivent être jugés. Les juger c’est pour qu’ils s’expliquent. Un mass murderer comme HITLER, bien sûr que ce type avait un problème psy, et alors? Et EICHMANN? Etc etc. La Justice est là aussi pour stopper les choses, confronter les individus à leurs actes. Un type pareil commence par des croix gammées, alors on va le garer dans un HP puis après ce sera quoi? Il va sortir puis s’en prendre à des gens. Je suis navrée, même avec des pathologies les gens doivent passer devant la Justice. Même les pires criminels sont passés devant la Justice.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *