Loi contre le séparatisme islamiste : le Guide suprême des Frères musulmans défie Emmanuel Macron

By  |  1 Comment

Par Atmane Tazaghart

En riposte au discours d’Emmanuel Macron sur le séparatisme islamiste, le Guide suprême des Frères musulmans, Ibrahim Mounir, a publié un communiqué très virulent, daté du 5 octobre 2020, sous la forme d’une lettre adressée au Président Macron et au peuple français. Rédigée sur un papier à en-tête portant le sigle et l’emblème des Frères musulmans, auxquels a été ajouté un slogan inhabituel dans la littérature de la Confrérie : « Nous portons le bien pour le monde » cette missive reproche au discours sur le séparatisme d’avoir proféré à l’encontre de l’islam et des Frères musulmans des accusations jugées « inexactes, même d’un point de vue laïc » ne respectant pas « les sentiments de plus de deux millards de musulmans ». Le discours est décrit comme non conforme aux « vérités scientifiques et historiques » sur l’islam, s’en écartant pour servir « les politiques de certains pays soumis à des influences étrangères », les « impératifs des concurrences partisanes internes » et les « préjugés négatifs bien connus des services spécialisés ».
Allah au dessus de la République !
Défiant la vision républicaine exprimée par Emmanuel Macron, le communiqué du Guide suprême réaffirme la doctrine sectaire de la Confrérie concernant la « suprématie des lois d’Allah sur celles des Hommes », se disant en « flagrante contradiction » de ce que le président Macron affirmait dans son discours sur le séparatisme et n’ayant aucun doute que « toute comparaison de la pensée et des principes de l’islam, et du degré d’attachement que lui vouent ses partisans, avec la réalité et l’histoire des héritiers de la révolution française » serait « en défaveur des héritiers de cette révolution ».
Cependant, le communiqué du Guide use du « double langage » et des « doubles standards » habituels de la littérature des Frères musulmans. Ainsi, tout en affirmant la suprématie des lois de l’islam sur celle de la République, le communiqué assure que les « partisans de la pensée de la Confrérie » sont attachés au « respect de la parole donnée et des serments, à l’engagement de la citoyenneté et ses droits dans chaque pays où ils se trouvent, au respect des lois qui constituent la base de la vie sur son territoire » et que « leurs devoirs ne se limitent pas à cet engagement, mais aussi à la préservation de sa sécurité, étant donné que le porteur de cette pensée est devenu un membre de son peuple ».
L’affirmation de ce prétendu respect des lois et des règles de la citoyenneté n’empêche pas le Guide suprême des Frères musulmans de proférer, dans le même communiqué, des menaces à peine voilées contre la France : « Nous tenons vous affirmer, à vous-même [au Président Macron], au peuple français et à tous les peuples de la terre, que la pensée de la confrérie des frères musulmans, qui émane de la religion à laquelle ses partisans sont attachés, a toujours su vaincre les bavures de certains régimes, qui œuvrent délibérément pour les pousser à renoncer à leur religion, et qui usent de dépassements illégaux et inhumains en vue de dénaturer cette religion ». Et de conclure que « tout le monde suit et connait ces dépassements ».
Un Guide de tendance takfirie
Le signataire de ce communiqué menaçant, Ibrahim Mounir, n’occupe le poste de Guide suprême des Frères musulmans qu’à titre d’intérim. Il a été nommé, le 4 septembre, suite à l’arrestation en Egypte du Guide la Confrérie, Mahmoud Izat, dont il était le numéro 2. Agé de 83 ans, il fait partie de la vieille garde du Qotbisme, le courant takfiri fondé dans les années 1950, par le théoricien en chef des Frères musulmans, Sayyid Qotb (pendu par Nasser en 1966).
Ibrahim Mounir était l’accusé n° 35 lors du procès de Sayyid Qotb et ses compagnons en 1965. Condamné à mort, sa peine a ensuite été commuée en prison à vie. Libéré dans le cadre d’une loi d’amnésie promulguée par le Président Sadat, en 1975, il s’exile au Koweit, puis à Londres où il devient, à partir de 1982, porte-parole de la Confrérie en Europe et secrétaire général de l’« Organisation Internationale », une instance longtemps tenue secrète, qui fédère tous le groupes se revendiquant des Frères musulmans à travers le monde.
Source :
https://www.marianne.net/politique/loi-contre-le-separatisme-islamiste-le-guide-supreme-des-freres-musulmans-defie-emmanuel-macron?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&Echobox=1601995419#xtor=CS2-5

happywheels

1 Comment

  1. Rosa SAHSAN dit :

    Le minable de l’Elysée va encore se coucher devant ces fous dangeureux.
    ROSA

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *