Pau : la Tour du Bourreau cible de tags nazis

By  |  0 Comments

Le local du collectif militant Libertat, situé dans le quartier du Hédas, a été tagué dans le week-end.
Ce lundi, le collectif militant Libertat a découvert des tags nazis sur son local de la Tour du Bourreau dans le quartier du Hédas, à Pau.
Ces inscriptions ont été faites à la peinture blanche : « SG » (pour « sieg heil »), « SS », une croix celtique et « 88 » (pour « heil Hitler »).
Dans un communiqué, le collectif n’a pas tardé à réagir : « Il y a quelques semaines, nous avions déjà trouvé – plusieurs jours de suite – des autocollants fascistes sur la porte de la Tour. Cela est malheureusement illustratif de l’ambiance politique générale. Les fascistes (qu’ils et elles soient militaires ou « polémistes ») ont de plus en plus la parole dans les médias, ils sortent de plus en plus à visage découvert et sont de plus en plus audacieux et audacieuses »
Source
https://www.sudouest.fr/pyrenees-atlantiques/pau/pau-la-tour-du-bourreau-cible-de-tags-nazis-5995958.php?fbclid=IwAR2uGD2DcfjR_BK_a0ZcMRrJjPQ6QOeJfJBqit2XcIN_SiZPFeg7W0p2w8w

La tour du Bourreau ou tor deu borrèu en béarnais, est la maison du dernier bourreau de Pau. Elle est toujours debout, ornée d’un lion sur sa façade. Il est raconté qu’en 1689, on ne trouva pas de bourreau pour exécuter une sentence55. On choisit donc un homme parmi les condamnés, qui fut finalement gracié.
Rétribué pour chaque exécution, le bourreau bénéficiait d’un privilège particulier du à sa fonction. En effet, il bénéficiait du droit de prendre une poignée de toute marchandise vendue sur les marchés de Pau56.
Cette coutume s’apparente à celle des meuniers qui, en Béarn, prélevaient la « punhère », quantité de grains indéterminée et prélevée à mains jointes (poignée de grain) pour paiement en nature de la mouture57. Lou mouliè biu de la punhère
En 1642, le meunier d’Ousse avait été condamné par le parlement de Navarre pour s’être livré dans son moulin à ce genre de brutale punhère. La « mouture du meunier d’Ousse » est ainsi devenue une expression en Béarn pour désigner les violences infligées à une femme.
La tour du Bourreau abrite aujourd’hui les locaux de l’organisation Libertat !.

happywheels

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *