Pour Libération , rien de glaçant chez Mister Freeze Corleone « Arabe nazi dans le rap »

By  |  10 Comments

Par Samuel Piquet

D’après Libé, dans un article intitulé « Paroles antisémites de Freeze Corleone : après l’omerta, le théâtre politique », celui qui se décrit comme un « Arabe nazi dans le rap », est avant tout un incompris. En fait c’est nous les idiots : nous n’avons pas compris ce génie de la musique.
Le rappeur Freeze Corleone a beaucoup fait parler de lui récemment pour ses paroles volontiers antisémites comme « tous les jours RAF (rien à foutre, ndlr) de la Shoah » ou « comme des banquiers suisses, tout pour la famille pour que mes enfants vivent comme des rentiers juifs », ainsi que pour ses références constantes à la figure du Mollah Omar, ancien chef des Talibans, aux SS, ou à Goebbels et Hitler, au point que le parquet de Paris a décidé d’ouvrir une enquête.
Mais d’après Libé, dans un article intitulé « Paroles antisémites de Freeze Corleone : après l’omerta, le théâtre politique », celui qui se décrit comme un « Arabe nazi dans le rap », est avant tout un incompris : « Certaines œuvres sont des antichambres de l’enfer. Parfois explicites (…) Parfois plus cryptées et cryptiques, dans leur manière de faire corps avec le pire des pensées en circulation (…) c’est un artiste extrême et exigeant, à l’écriture minutieusement codée ». On a déjà vu plus « codé » que « dans le rap y a v’la de Cohen », comme le chante le rappeur, mais admettons.
Qu’y aurait-il de si « cryptique » chez Corleone ? Pour le journaliste, on a affaire dans cette « œuvre complexe » (à quand une réédition dans La Pléiade ?) de ce rappeur « subversif, profondément », à « un véritable monde parallèle à celui du rap français dit mainstream – avec lequel il a souvent déclaré vouloir garder ses distances – et qui s’en différencie effectivement par sa fantaisie et sa noirceur ». C’est d’ailleurs « l’un des rappeurs les plus travaillés par la question du mal et de ceux qui le font ».
Cette obsession antisémite qui semble se dégager de ses textes n’est en réalité qu’un questionnement éthique et métaphysique. Un fond beaucoup plus subtil qu’il n’y paraît, servi par une forme qui l’est tout autant, avec des « punchlines complexes » (tout est complexe chez lui), feuilletées – souvent en faisant appel à la comparaison, son procédé d’écriture préféré (le mot «comme» est sans doute celui qui s’entend le plus dans ses chansons) ». On attend presque le moment où le journaliste va convoquer Verlaine et Rimbaud. Hélas, il ne viendra jamais, car, comme tous les poètes maudits, Corleone n’aura sans doute jamais la reconnaissance qu’il mérite de son vivant.
C’est injuste, mais pas étonnant tant « le secret cher à Freeze Corleone n’est pas seulement celui qu’il cultive autour de son personnage (il refuse les interviews) mais le cœur noir au centre de son univers ». Sa musique elle-même, est inaccessible au profane : « dense et enchevêtrée, grisante, elle provoque le vertige par son obstination et sa capacité à capter l’électricité propre au mystère ». On comprend à ce moment-là que malgré tout son mystère, l’écriture du rappeur est loin d’être aussi cryptée que celle de cet article.
Ainsi, malgré beaucoup d’ « emprunts et de punchlines qui se réfèrent toujours au même imaginaire offensant », ceux-ci, nous explique le journaliste, « ne prennent jamais tout à fait la forme de discours ». En revanche, ils s’en rapprochent quand même assez prodigieusement. On ne peut que regretter ce manque de lucidité « Malheureusement, le monde du rap, drapé dans une omerta explicable peut être, par les persécutions à répétition qu’il subit de la part de médias généralistes trop prompts à lui reprocher ses excès, sa bêtise ou sa violence, a peu pris la peine d’analyser cette obsession ».
Hélas, trois fois hélas, Dieu seul sait quelles clés pour l’humanité il y aurait trouvées. Car quel est le vrai problème dans toute cette histoire ? C’est que « sur le banc des accusés », on a « non pas un artiste, mais le rap en général, encore et toujours perçu par le grand public comme une musique populaire «ensauvagée ». C’est rassurant en tout cas de voir que « le complotisme » n’est pas l’apanage de Freeze.
On ne sait pas si Corleone a fait au journaliste de Libé « une proposition qu’il ne pouvait pas refuser », mais on Freeze le ridicule.
Par Samuel Piquet

source :

https://www.marianne.net/agora/humeurs/pour-libe-rien-de-glacant-chez-mister-freeze-corleone

happywheels

10 Commentaires

  1. vrcngtrx dit :

    « œuvre complexe »
    de là où ils sont Virginia Woolf et Claude Debussy doivent en crever de jalousie

    • Carvalho dit :

      AAAah, le grand Debussy, un des rares compositeurs de cette fin de 19ème que j’apprécie, moi qui suit plutôt époque baroque..
      Plus sérieusement, il m’arrivait d’aller sur libé à l’époque où on pouvait commenter, c’est tjrs jouissif de voir se contorsionner les bobos et autres sociologues de mes f…s pour expliquer que ce qu’on voit, ben, ce n’est pas exactement la vérité, que l’on serait tenté de croire que, mais que non, bref, un déni tel que 75% des commentaires, pour pas mal d’articles étaient en total désaccord avec la ligne éditoriale et avec le parti pris et l’aveuglement idéologique du journal…les 3 quarts, si ce n’est souvent la totalité des commentaires.
      C’est la raison pour laquelle la zone commentaires a disparu de libé, ce qui ne les empêche pas de continuer la propagande plein gaz.

  2. Franccomtois dit :

    vrcngtrx 😄.
    Claude Debussy:
    https://youtu.be/ea2WoUtbzuw

    Pour se qui est de Virginia Woolf je ne connais pas,je vais prendre connaissance de cette personne rapido.
    Dernier livre acheté,Les Collabos : Treize portraits d’après les archives des services secrets de Vichy, des RG et de l’épuration de Laurent Joly.
    Á titre privé je ne saurais trop recommander Jean D´Aillon,roman historique de qualité,il va en falloir des cours du soir au Freeze Corleone pour arriver au niveau de cet écrivain,une vie ne devrait pas lui suffir.
    Pour libération d´ignobles bobos alimenteur de haine!!!!

  3. Lior dit :

    Le propriétaire de Libé et le rédacteur en chef, ils en pensent quoi ??

  4. zeev dit :

    En résumé, c’est sans complexe, que l’on nous dit qu’il s’agit d’une œuvre complexe…

  5. Moshe_007 dit :

    freeze de merde, fai s très attention de ne pas glisser et te heurter contre le bord d’un trottoir !

  6. benjamin dit :

    les rapeurs sont majoritairement des arabes ou des blacks issus de cette fichue immigration menèè par la France !!et tous pratiquement s en prennent aux juifs et a israel au sionisme !et ils centrent leurs attaques sur la shoa le nazisme le pognon le complot des juifs….avec leur petit sourire et leur air con !!la ou ça fait mal aux juifs !et ils en rigolent ces pourritures !! mais qu ils fassent gaffe quant meme!nous avons en nous la rage la haine feroce contre eux et qui sait…. ce que demain nous reserve ??

  7. vrcngtrx dit :

    Pourquoi cette grosse couille parle de talent indéniable ?
    https://www.fdesouche.com/2020/09/23/freeze-corleone/

  8. benjamin dit :

    allez! parrain ! padrino !! grimpe dans ton baobab bouffer ton kebbab !et fait le salut de ton maitre adolf a tous tes disciples rassemblès au pied du baobab ! l arbre sacrè de tes ancêtres !!

  9. Rosa SAHSAN dit :

    Les amis, même Roselyne Bachelot pense que le Verlaine des banlieues a du talent.
    Peut on qualifier cela de lèche babouches?
    Carvalho à écouter et réécouter le Ballet Royal de la nuit de Isaac de Benserade
    musique de Jean Baptiste Boëssetet probablement Lully. Un pur chef d’oeuvre.
    ROSA

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *