Soutien du terroriste palestinien Salah Hamouri ,Taha Bouhafs condamné pour avoir insulté en ligne une policière

By  |  1 Comment

Le journaliste a été condamné à 1 500 euros d’amende pour avoir traité d’« Arabe de service » la syndicaliste policière Linda Kebbab, l’an dernier.
Le journaliste Taha Bouhafs a été déclaré coupable du délit d’injure publique en raison de l’origine, par parole ou écrit, ce mardi 28 septembre. Il est ainsi condamné à payer 1 500 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir qualifié la syndicaliste policière Linda Kebbab d’« Arabe de service » sur Twitter l’an dernier.

En juin 2020, au lendemain d’une manifestation contre les violences policières organisée par des proches d’Adama Traoré – jeune homme noir mort en 2016 après son interpellation par des gendarmes –, Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP-FO, est invitée sur France Info.
Elle affirme alors que, tout en comprenant la colère et la souffrance de la famille d’Adama Traoré, son décès n’avait « absolument rien à voir » avec celui de George Floyd aux États-Unis, mort étouffé après son interpellation.
Sur son compte Twitter, à l’époque suivi par près de 80 000 personnes, Taha Bouhafs commente ces déclarations, en détournant l’acronyme ADS (adjoint de sécurité) et en qualifiant la syndicaliste policière d’« ADS : Arabe de service ». Un tweet supprimé quelques minutes plus tard, car « provocant », avait-il expliqué en juin dernier, à l’audience.
Dans sa décision, le tribunal a alors estimé que le journaliste s’était « volontairement fondé sur son origine [celle de Linda Kebbab], à laquelle il l’a réduite, pour l’assigner à une place peu valorisante, voire dégradante ».
« « Arabe de service » est une formule qui consiste à désigner une posture politique », avait fait valoir Taha Bouhafs à l’audience. « On assiste à une tentative de renversement de la définition du racisme, on essaie de retourner la définition contre les antiracistes », a-t-il insisté.
Taha Bouhafs devra donc payer 2 000 euros de dommages et intérêts à Linda Kebbab, qu’elle versera « entièrement à des œuvres sociales pour des familles de policiers », a-t-elle indiqué. Il devra également verser un euro à la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, partie civile.
« M. Bouhafs a tenté de faire redéfinir par la justice la notion de racisme en politisant l’audience, parfois proche du meeting indigéniste, les magistrats ont su garder le cap », a réagi Thibault de Montbrial, avocat de Linda Kebbab.
« Ce n’est pas à sa qualité d’Arabe que Linda Kebbab est renvoyée, mais à sa qualité de policière qui appartient à une institution raciste et nie le caractère raciste de cette institution », avait assuré en juin dernier le défenseur de Taha Bouhafs, Arié Alimi, qui a indiqué qu’il ferait appel.
Source
https://www.lepoint.fr/justice/taha-bouhafs-condamne-pour-avoir-insulte-en-ligne-une-policiere-28-09-2021-2445142_2386.php?fbclid=IwAR2wWfao_BzOMojDB21Zgq12ieMkWpA9jG7OdOnJncY_rB65nceacslU9o4

happywheels

1 Comment

  1. joseparis dit :

    C’est Mélenchon qui lui a prêté son avocat ? Il aime toujours défendre les cadors le Arié.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *