Attentat islamiste de Strasbourg : le glaçant témoignage du chauffeur de taxi qui a conduit Chérif Chekatt

By  |  2 Comments

L’homme s’est rappelé avoir “fait une prière” alors que le terroriste se trouvait dans son véhicule, le 11 décembre 2018.
Un an après l’attaque terroriste commise à Strasbourg sur le marché de Noël, au cours de laquelle cinq personnes ont été tuées et onze autres blessées, c’est un témoignage terrifiant que rapporte Europe 1, ce mercredi. Rachid, dont le prénom a été modifié, s’est souvenu du moment où il a pris en charge, dans son taxi, le terroriste Chérif Chekatt, après l’attaque.
« Je le vois arriver, il ferme la porte. Il me dit ’emmène-moi à Neudorf (un quartier de Strasbourg), dépêche-toi !’ », a-t-il raconté, se rappelant d’un homme « très nerveux », qui échange avec le conducteur quelques mots en arabe. « Il me dit ‘tu ne sais pas ce que je viens de faire ? Je viens de faire un attentat à Strasbourg, de tuer dix personnes. J’ai aussi tiré sur des militaires’ ».
« Dans ma tête, ça s’emballe. Je fais une prière avant de mourir, parce que je me dis que c’est fini pour moi », alors que le terroriste, blessé au bras, a son arme braquée sur Rachid, a-t-il poursuivi. Chérif Chekatt, très agressif, continue l’échange dans le véhicule. « Il me pose des questions, je ne le contrarie pas, je vais dans son sens. C’est lui qui est maître à bord, qui dirige tout », a expliqué le chauffeur, précisant que son cerveau s’était comme « arrêté ». « Je me voyais mourir, j’attendais la détonation ».
Le meurtrier demande aussi de l’aide à son interlocuteur. « À un moment, il a très mal et me dit : ‘Il faut que tu m’aides, je saigne beaucoup’ », a-t-il raconté, se souvenant avoir répondu : « pas de problème, je vais t’aider, dis-moi ce qu’il y a faire’ ». Le premier demande au second de descendre de voiture. « Il pointe l’arme sur moi et me dit : ‘ne fais pas le con’ ». Chérif Chekatt se voit tendre une bouteille d’eau et un paquet de mouchoirs, et Rachid lui dit : « je ne peux pas rester, il faut que je rentre chez moi ». Il se rend ensuite au commissariat le plus proche.
Un an après, il estime que c’est sa « façon de parler, de réagir, qui a fait qu’il est resté vivant ». L’expérience l’a toutefois profondément marqué. « On devient parano, on se méfie un peu de tout le monde, on ne va plus dans les endroits publics », a expliqué le chauffeur de taxi, mentionnant « l’angoisse qui s’installe, la peur ». Ou encore : « On devient lunatique. On peut être bien pendant quelques jours, puis être mauvais avec tout le monde pendant une semaine ».
Source :
https://www.valeursactuelles.com/societe/attentat-de-strasbourg-le-glacant-temoignage-du-chauffeur-de-taxi-qui-conduit-cherif-chekatt-113829

happywheels

2 Commentaires

  1. hérode

    14 décembre 2019 at 19 h 15 min

    Il aurait du prendre un Ubber , il parait que leurs chauffeurs ont une morale au dessus du lot

  2. Abu Bakr Al Pissolit

    23 décembre 2019 at 1 h 40 min

    Il l’a épargné car il était musulman, comme au Bataclan
    http://www.leparisien.fr/archives/dans-l-enfer-du-bataclan-15-11-2015-5277759.php

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *