KAPOS :Les Juifs de gauche Cohn-Bendit, BHL et Finkielkraut poignardent Israël

By  |  20 Comments

De quoi je me mêle ! ou la nouvelle histoire de la mouche du coche ou de la mouche à merde !
Le site Sputnik de ce 18 juin nous informe que le trio de pieds nickelés, Cohn-Bendit, Finkielkraut et BHL (auxquels s’est associée Anne Sinclair !) ont signé une tribune dans le quotidien antisémite « le Monde » dit encore « l’Immonde » aux termes de laquelle nous apprenons que 50 personnalités, au nombre desquelles le trio précité, s’associent pour demander à Benjamin Netanyahou de renoncer à son « intention, dès le 1er juillet, de l’annexion unilatérale de certaines portions de la Cisjordanie ».
https://fr.sputniknews.com/international/202006181043969864-cohn-bendit-bhl-finkielkraut-et-des-organisations-juives-se-soulevent-contre-ce-plan-disrael/?
D’une part, la Cisjordanie s’appelle, depuis plusieurs millénaires, Judée Samarie et a porté ce nom qu’après l’occupation de ce territoire par la Jordanie après la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël en 1948.
Ce territoire où se trouvent les tombeaux des patriarches fondateurs du peuple hébreu, Abraham, Isaac et Jacob, celui de notre mère Rachel et de Joseph et d’autres encore…
De surcroît, cette terre, depuis la plus haute antiquité, était la terre du peuple hébreu, appelé Israël, nom donné au patriarche Jacob, et ne peut être annexée dès lors qu’elle appartient à Israël et qu’il n’est question que d’étendre la loi et la souveraineté israéliennes à ce territoire.
D’autre part, à en croire cet « appel » (du 18 juin !?) cette décision :
• Porterait atteinte aux droits du peuple palestinien ;
• Défigurerait le projet sioniste visant à l’établissement d’un État juif et démocratique.
Quant au premier point, le peuple palestinien n’a jamais existé, il fut créé par le KGB après la guerre des Six Jours de 1967 pour s’opposer aux pays occidentaux dans cette région.
Sur ce territoire ont toujours vécu des Juifs majoritairement et des nomades qui se sont sédentarisés après l’arrivée des Juifs de Russie et d’Ukraine, lesquels ont rejoint la terre sainte pour fuir les pogromes. Il est si vrai que les Juifs ont toujours été présents qu’il suffit de relire nos livres d’histoire relatant les hauts faits de Godefroy de Bouillon qui fit couler des rivières de sang juif à Jérusalem ou Chateaubriand relatant son voyage en Terre sainte ainsi que Flaubert et d’autres encore. Donc ces prétendus Palestiniens ne sont que des occupants sans droit ni titre de ce territoire, lesquels sont venus des pays alentours profiter de la manne apportée par le peuple légitime revenant sur sa terre.
Cette terre a toujours été la terre du peuple d’Israël qui y fut toujours présent en dépit des occupations ottomanes, croisée et arabe après l’occupation romaine.
Les derniers combats menés par les Juifs remontent au second siècle de notre ère avec les victoires de Bar Korba (fils de l’étoile).
Enfin, si les Palestiniens se prétendent propriétaires de cette terre, pourquoi ne l’ont-ils pas revendiquée après son occupation par la Jordanie de 1948 à 1967 ?
Sur le second point, la décision d’Israël de recouvrer sa souveraineté sur la Judée Samarie (partielle pour le moment) ne remet pas en cause le caractère juif et démocratique de l’État d’Israël, bien au contraire. En effet, faut-il rappeler à nos vaillants épistolaires donneurs de leçons que le peuple juif majoritaire dans l’État d’Israël a démocratiquement élu un gouvernement pour mener, entre autres, à son terme le plan de paix du Président Donald Trump et si cela se réalise de manière unilatérale, c’est parce que les représentants de l’autorité palestinienne ont toujours refusé le dialogue.
Si certains Juifs vivant en « galout » (hors d’Israël) veulent s’exprimer, la solution la plus simple et de faire son alya (monter en terre d’Israël) et voter selon leurs propres convictions plutôt que de salir le seul État démocratique de la région en y insérant des injonctions dans un quotidien nauséabond.
Pour les autres initiatives, ce ne sont que balivernes et au pire, expressions d’individus qui bêlent avec le troupeau de moutons, ne souhaitant que la considération de leurs semblables avec lesquels ils croient pouvoir vivre leur vie minable de Juifs de ghetto.
Au demeurant, les exploits de BHL devraient l’inciter à plus de mesure dans ses prises de positions politiques, les catastrophes qu’il a provoquées en Libye, en Serbie, en Ukraine et partout où il passe devraient lui servir de leçon. Quant à Cohn-Bendit, qui se souvient de sa judéité quand il s’agit de salir Israël, nous n’avons pas besoin de ses conseils qui sont d’une très mauvaise facture, et Finkielkraut, égal à lui-même, devrait se limiter à la philosophie, l’intelligence politique le dépasse.
Guy Sebag
Source :
https://ripostelaique.com/les-juifs-de-gauche-cohn-bendit-bhl-et-finkielkraut-poignardent-israel.html?fbclid=IwAR373a-uUW0TN-1wpW7paPBGzRDRloeKiOYMxs_kkGgq7Fj3B6WRgE81I3g

happywheels

20 Commentaires

  1. Moshe_007

    19 juin 2020 at 7 h 56 min

    Quand ils font des visites en Israel, ils sont accueillis comme des ministres, sans parler des réseaux d’influences à qui ils fournissent des prestations !

    Les gouvernements successifs israéliens sont également concernés par ces trahisons orchestrées par la gauche israélienne.

    En ce qui concerne les « juifs » et même les « israéliens », il ne faudrait pas se limiter à ces 3 personnages qui n’ont fait que retourner leurs vestes depuis qu’ils sont dans les mains des groupes de presse, « nos » ennemis sont bien plus nuisibles que les pires ennemis du pays !

    Il faut que ça cesse, que font le centre Simon Wiesenthal et nos agences pour neutraliser ces nazis contemporains, c’est bien de s’occuper des anciens nazis actuellement grabataires et hors circuit, mais pourquoi ne pas continuer avec les nouvelles générations de nazis bien en place en 2020 ?

  2. Philippe lomieux

    19 juin 2020 at 8 h 22 min

    Au Rassemblement National nous considérons Mr Finkielkraut comme l’intellectuel français qui défend le mieux l’identité française face à l’invasion islamiste. Je suis très étonné de lire qu’il n’applique pas ses idées pour Israël. Sans doute cultive-t-il un sentiment de culpabilité vis-à-vis des israéliens qui combattent le terrorisme arabe alors qu’il vit tranquillement à Paris.

    • Moses

      19 juin 2020 at 9 h 52 min

      Tranquillement?Il faut le dire vite.Il est régulièrement battu et insulté par les maghrébins français.
      Tous ces branquignoles rasent les murs à Paris,et la ramène à chaque fois qu’ils parlent d’Israël.
      Honte à eux.

      • vrcngtrx

        20 juin 2020 at 13 h 15 min

        ah bon ? mais n’a t-il pas de gardes du corps (après tout soral en a bien lui) …

    • ZEITOUN

      19 juin 2020 at 19 h 39 min

      Tout à fait mon cher philippe,Finkielkraut à complètement tort sur Israël, je suis franco israélien et fier de l’être et bien sûr sioniste et je vote rassrmblement national ou des divers droite nationale en France et pour le likoud en ISRAËL et je suis pour l’union des droites en France comme cela se fait en Israël et je soutiens Donald trump et je fais partie des comités trump France et trump Israël !

    • SANTAMARIA

      21 juin 2020 at 15 h 59 min

      Le terme « kapo » me fait mal. Je suis en train de lire Jorge Semprun qui évoque les kapos qu’il a malheureusement croisés !
      Sur le « médium de presse Sputik » il y aurait aussi beaucoup à dire ! Un peu comme si LDJ se mettait à bénir Mediapart !
      Certains dégeulent sur la France mais on est quand même pas mal côté liberté d’expression !
      Pour Finkielkraut, je trouve que c’est un français respectable et digne que je défendrai quelles que soient ses opinions car il en prend davantage plein la gueule que d’autres moins dignes d’intérêt et de respect.

  3. Michaël

    19 juin 2020 at 9 h 24 min

    Les points juridiques prouvant qu’Israel a le droit de récupérer ses territoires de Judée Samarie :
    – article 95 du Traité de Sèvres signé et repris dans le Traité de Lausanne ratifié
    – création de la Transjordanie devenue la Jordanie sur 77% de la Palestine mandataire devant accueillir le foyer Juif en 1946
    – rejet intégral arabe de la résolution 181 de l’assemblée générale de l’ONU et du plan de partage associé en 1947
    – non mise sous tutelle par les arabes des territoires rejetés lors du rejet de la résolution 181 suivant les protocoles décrits dans les articles 77 à 81 du chapitre XII de la charte de l’ONU
    – annexion illégale de la région par la Jordanie dès 1949 non reconnue par la communauté internationale et changement de nom de la région Judée Samarie par « CisJordanie »
    – adoption de la résolution 242 du conseil de sécurité, en 1967, violant les principes de base de la charte de l’ONU stipulant que l’ONU n’a ni les prérogatives et ni le droit de faire et défaire des États et par conséquent des frontières. Or, la création de la ligne de 1949 est une création de frontière légitimant l’occupation de ces territoires israéliens par la Jordanie. Cette résolution vole également les Traités internationaux de Sèvres et de Lausanne. Elle est donc caduque de fait et de droit.
    – signature de l’accord de Taba de 1995 divisant la région en 3 zones pour permettre la création, à l’horizon de l’année 2000, d’un État arabe sous condition d’abandon du terrorisme et de reconnaissance d’Israel comme Etat Juif. La zone A est sous contrôle administratif et militaire arabe, la zone B sous contrôle administratif arabe et militaire partage entre arabes et israéliens puis la zone C est sous contrôle total israélien. Les arabes n’ont jamais reconnu le caractère Juif d’Israel, n’ont jamais abandonné le terrorisme et n’ont jamais créé d’état dans les zones A.
    – Israël se retire de Gaza en 2005. Un groupe terroriste y est élu démocratiquement. Aucun Etat arabe n’y est créé.

    De plus, voici les 11 refus arabes pour un État arabe indépendant :
    1 – Refus d’un État arabe en 1936 suite à la commission Peel qui analysa les différentes violences sur le territoire.
    2 – Refus d’une Etat arabe indépendant proposé dans le livre blanc de mai 1939.
    3- Refus d’un État arabe en 1947 avec le rejet unilatéral de la résolution 181. Occupation des territoires alloués a un État arabe par la Jordanie.
    4 – Refus d’un État arabe en 1967, après la victoire d’Israel, avec La Réunion de la ligue arabe au Soudan qui décida :
    A – pas de paix avec Israel
    B – pas de reconnaissance de l’état d’Israel
    C – pas de négociation avec Israel
    5 – Refus d’un État arabe en 2000 sur toute la bande de Gaza, 95% de la Judée et de la Samarie et Jerusalem est (Camp David, Ehud Barak et Yasser Arafat).
    6 – Refus d’un Etat arabe lors du sommet de Taba en 2001
    7 – Refus d’un État arabe en 2005 après le retrait total d’Israel de la bande de Gaza et prise de pouvoir par un groupe terroriste, appelant à l’extermination d’Israel et des Juifs, élu démocratiquement.
    8 – Refus d’un État arabe en 2008 sur 97% de la Judée Samarie et Jérusalem est comme capitale (Ehud Olmert et Mahmoud Abbas).
    9 – Refus d’un État arabe avec rejet du discours de Netanyahu lors de l’initiative de Bar Ilan en 2008
    10 – Refus d’un État arabe dans le plan proposé par John Kerry en 2016.
    11 – Refus d’un état arabe dans le plan de paix proposé par Trump en 2020.

  4. Franccomtois

    19 juin 2020 at 10 h 49 min

    Rien que pour les cohn-bendit,y a pas bon.Le frere gaby dont j´avais mis dans un de mes commentaires les propos qu´il avait tenu dans le journal liberation en 79 je crois.Il remettait en question l´existence des chambres á gaz et avait recu le soutien de faurrisson.J´avais pris l´info d´un lecteur du figaro qui donnait la date de la parution des propos du gaby.Le dany tout le monde connait ses lamentables propos sur les gosses.bhl et les autres sont lamentable et le pire c´est qu´ils apportent aux pustules anti-Israel du crédit.

    • liguedefensejuive

      19 juin 2020 at 11 h 11 min

      L’affaire Faurisson éclate à la fin de 1978 lorsque Robert Faurisson publie dans des tracts d’abord, puis dans la presse grand public des propos qualifiés à l’époque de « révisionnistes » et que l’on appellera négationnistes à la fin des années 198037. Une série de procédures judiciaires sont alors mises en route et Faurisson est condamné en juillet 1981. Gabriel Cohn-Bendit, qui a eu l’occasion de rencontrer Faurisson en novembre 1978 par l’intermédiaire de Pierre Guillaume, prend sa défense dans une tribune du journal Libération38, écrivant ainsi : « Ce que je me refuse à faire, y compris aux néo-nazis, je ne suis pas prêt à accepter qu’on le fasse à des hommes comme Rassinier ou Faurisson dont je sais qu’ils n’ont rien à voir avec eux, et le procès intenté à ce dernier me rappelle plus l’Inquisition qu’une lutte contre le retour du pire23 ».

      En décembre 1980, il intervient au procès intenté par la LICRA à Faurisson pour exprimer sa réticence à résoudre un problème d’histoire par voie légale et pour préciser son engagement dans l’affaire Faurisson39. Puis il souhaite entreprendre une thèse sur le discours révisionniste sous la direction de Pierre Vidal-Naquet39, qui refuse. C’est donc en indépendant qu’il réalise un travail sur le journal de Kremer, un médecin SS du camp d’Auschwitz, dont il résulte un document de 16 pages non daté, où Cohn-Bendit juge que les « actions spéciales » (Sonderaktion) dont parle Kremer ne sont pas des gazages et où il conclut « Vidal-Naquet, Wellers se trompent tout comme Faurisson39 », affirmation définitivement démentie en 1990 par les travaux de l’historien belge Maxime Steinberg sur le sujet40. Dans le texte publié à l’occasion du colloque de l’École des hautes études en sciences sociales de 1982 intitulé L’Allemagne nazie et le génocide juif, Vidal-Naquet déclare qu’il fait partie « des révisionnistes « radicaux » ou « gauchistes »41 ».

      Finalement, au printemps 1981, Gabriel Cohn-Bendit annonce publiquement sa séparation du clan faurissonien39. En 1999, dans l’ouvrage Nous sommes en marche, Gabriel Cohn-Bendit reconnaît s’être fourvoyé à cette occasion « sans pour autant renie[r] en rien [s]on point de vue sur l’impérative liberté d’expression42 ». Pour Michel Dreyfus, auteur d’une étude sur L’antisémitisme à gauche (2011), « tout en se déclarant juif, ainsi que d’extrême-gauche, et sans se rendre compte de la manipulation dont il est l’objet, il estime, au nom de la liberté de la pensée, que Faurisson a le droit de poursuivre ses travaux : un problème historique ne peut être résolu par la voie légale, mais doit l’être par des recherches menées sans aucun tabou. Jean-Gabriel Cohn-Bendit laisse ouverte la question des chambres à gaz, mais admet la réalité de l’extermination des Juifs : c’est pourquoi il ne sera jamais considéré par les spécialistes du sujet, et d’abord Pierre Vidal-Naquet, comme un négationniste

  5. Avia

    19 juin 2020 at 10 h 52 min

    Pitoyable.

  6. Cmoiwilly

    19 juin 2020 at 11 h 31 min

    La gauche Juive bien pensante est en action , ils ont de judaïsme que leur noms. Ils ne connaissent d’Israël que des discussions de salons où du fait de leur notoriété , ils pensent faire fléchir Benjamin Nathanyaou, mais ils ont en face d’eux un ROC. Vivent-ils en Israël afin de constater le quotidien des habitants de cette terre et le danger de l’étroitesse de ce pays. Ils s’accordent le droits de distribuer des lopins de terre sans se soucier de la volonté propre des habitants juifs qui y vivent. On a beau s’appeler Finkielkraut , Cohn Bendit ou BHL , rien n’y fera , vous n’avez qu’un seul droit sur cette terre c’est celui de vous taire

  7. maurice medina

    19 juin 2020 at 13 h 19 min

    Bravo Guy Sebag pour avoir nommé si bien ce trio des pieds nickelés ces gauchistes de M… qui devraient fermer leur gueule quand ils veulent parler d ISRAEL !!!!

  8. Moshe_007

    19 juin 2020 at 14 h 21 min

    Il n’y a plus de « palestine » depuis la création de l’état d’Israel et l’état jordanien !

    La palestine était le nom donné par les colons anglais !

  9. benjamin

    19 juin 2020 at 14 h 33 min

    c est tres suspect du seul fait de la presence de cohn bendit et du journal le monde tellement proche des thèses arabes les plus extrémistes : c est connu et meme revendiquè par cet infect canard qui se donne de grands airs !de gaulle disait que lorsqu il voulait bien rigoler … il lisait le monde !!!!

  10. Berko

    21 juin 2020 at 1 h 54 min

    Bonjour,
    Comptons en 2020: un Israel, deux Jordanie , trois Palestine deux ici font trois
    Comptons il y a 2000 ans un un peu d Egypte ,deux Israel , trois Syrie forment la Palestine mot nouveau inventé par la Grande Rome Antique qui désigne un territoire de conquête et de soumission des gens
    A ce jour quels sont les grands rois de la Palestine , moi j ‘en connais deux m Arafat et m Abbas dans les annees 2000 après jc
    Pour tous ces grands instruits à tous ces grands messieurs je sais qu il facile de me ridiculiser de ridiculiser le petit
    mais comme disait Coluche c ‘est pas moi qui a commencé
    Vous trompez pas 3 égal 2 Très cordialement

  11. daniel

    21 juin 2020 at 14 h 46 min

    Voilà en partie pourquoi les gents sont en colères contre les Juifs.
    Ceux là, cités dans l’article, mais aussi ces artistes riches et pédants donnant sans cesse des condamnations morales, mais aussi ces financiers et ces banquiers célèbres.
    Tous ce fatras bobos gauchisant donneur de leçons, et influenceurs politiques.
    Qui a eux seul font le plus grand mal aux israéliens.
    Cela fait des années que l’on dénonce ces gents, et toujours l’on nous renvoie a notre soi disant antisémitisme.
    Je n’ai rien contre Israël loin s’en faut, mais je suis en colère contre ces Juifs là(je dis dis Juifs parce qu’eux même s’en revendiquent), mais pas contre le peuple Israélien.
    Il est grand temps que vous vous réveilliez, votre image est terriblement dégradée,et le dire ne me semble pas raciste.
    Nous avons vécus deux millénaires ensemble, rien ne nous oblige a arrêter, sinon quelques malfaisants de tous poils et de tous bords.
    Très cordialement.

    • Paul06

      22 juin 2020 at 7 h 08 min

      Des idiots inutiles et dangereux.

  12. Paul06

    22 juin 2020 at 7 h 05 min

    De quel droit ? Pensent ils que Bibi les écoutera ? Leur objectif est purement à but de politique intérieure, se faire aimer des français en marchant sur les pas des ennemis d’Israel. Qu’ils gardent leur fric pour d’autres causes et qu’ils évitent d’engraisser l’immonde à l’avenir.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *